Déconfinement : les lycéens ne reprendront pas avant début juin. Au minimum.

Edouard Philippe à la tribune de l'Assemblée Nationale cet après-midi / © DR
Edouard Philippe à la tribune de l'Assemblée Nationale cet après-midi / © DR

Edouard Philippe a pris la parole pour exposer le plan de déconfinement "progressif". Et tenter de rassurer l'opinion publique, dubitative après les premières mesures annoncées. Au programme, quelques clarifications sur les masques, les tests, les écoles ou les commerces. Et beaucoup de prudence...

Par Sébastien Bonifay

  • Verbatim

"Si les résultats ne sont pas là le 11 mai, nous ne déconfinerons pas. Ou nous déconfinerons de manière plus sévère. 
Tout les français doivent lutter contre les risques de relâchement que nous sentons monter dans le pays."

"Les mesures de déconfinement s'adapteront à la situation des différents départements. Une carte présentée chaque soir fera le point, avec des départements en «vert» et en «rouge» en fonction de trois critères,  la circulation du virus, les capacités hospitalières en réanimation et la disponibilité des tests et des moyens de détection des cas".


"Il y aura une première phase jusqu'au 2 juin. Nous jugerons alors des premières mesures, et déciderons de nouvelles mesures, qui seront mises en place jusqu'au mois de juillet. 
C'est donc avec des marches de 3 semaines que nous allons avancer." 

  • Les réponses apportées par Edouard Philippe :

-  Reprise des classes dans les écoles primaires, les collèges et les lycées
C'est là le principal ajustement de ce plan de confinement, par rapport à ce qui avait été annoncé préalablement.

Les dates de la rentrée scolaire, qui ont soulevé de très nombreuses polémiques, ont été modifiées, particulièrement pour les lycées, dont on n'envisagera pas la reprise des cours avant la fin du mois de mai...

Une décision qui va dans le sens du conseil scientifique qui, lui, reste favorable à une réouverture à la rentrée de septembre...

Le 11 mai les primaires reprendront le chemin des cours. 
Le 18 mai ce sont les collégiens qui retourneront en classe
La décision, pour les lycées, reste donc en suspens.
 
Le primaire reprendra bien le 11 mai prochain / © DR
Le primaire reprendra bien le 11 mai prochain / © DR

Il n'y aura pas plus de 15 élèves par classe.
Une distribution de masques et gels hydroalcooliques pour enseignants sera effectuée. 
Le port du masque est prohibé en maternelle, en raison de sa dangerosité, et n'est pas recommandé pour le primaire, mais des masques seront mis à disposition des directeurs d'école si l'utilisation d'un masque, de manière exceptionnelle est nécessaire.
Dans le cas, par exemple, où un élève présenterait des symptômes. 
Le masque, pour les collégiens, sera en revanche obligatoire. "Nous le fournirons à celles et ceux qui n'ont pû s'en procurer."

Les crèches réouvriront également, avec un maximum de 10 enfants accueillis. 


Les tests

Lors du discours, le Premier ministre a affirmé que 700.000 tests virologiques par semaine pourraient être effectués, au 11 mai.

"Les laboratoires peuvent monter en charge très rapidement. Nous allons faire passer à 100 % le remboursement de ces tests par l'assurance maladie. Nous effectuerons un travail d'identification des malades, et une fois identifiés, le test de tous ceux qui auront eu un contact avec ces mlalades. Ils seront testés et invités à s'isoler. 
Il faut absolument isoler les porteurs du virus afin de casser la chaîne de transmission. C'est une mise à l'abri.

Nous laisserons le choix de s'isoler chez soi, ce qui entraînera un confinement de tout le foyer durant 14 jours, ou alors dans un lieu mis à disposition, notamment dans les hôtels réquisitionnés."


 
A Bastia, le laboratoire Vialle propose déjà des tests par voie nasale, en drive, sur prescription médicale.
Mais les capacités de tests, à travers la France, restent bien en deçà des besoins. / © Kael Serreri / Francetv
A Bastia, le laboratoire Vialle propose déjà des tests par voie nasale, en drive, sur prescription médicale. Mais les capacités de tests, à travers la France, restent bien en deçà des besoins. / © Kael Serreri / Francetv
 

- Les masques 

La grande interrogation qui pèse sur le déconfinement, c'est celle du nombre de masques qui seront disponibles le 11 mai.  
Edouard Philippe a déroulé une séries de mesures, conclues par l'affirmation que "grâce à la mobilisation de tous il y aura assez de masques dans le pays pour faire face au déconfinement le 11 mai" .

           
- Fermeture des hôtels, des bars et des restaurants


C'est une mesure qui suscite l'incompréhension ches les commerçants, mais pas seulement. Pour beaucoup, faire reprendre les cours mais empêcher les rassemblements aux terrasses des cafés est incohérent. 
Pour autant le gouvernement n'est pas revenu sur sa décision.
Le Premier ministre, la décision sera prise à la fin du mois de mai. 
 
Les rideaux des bars et des restaurants ne se lèveront pas le 11 mai prochain / © Axelle Bouschon
Les rideaux des bars et des restaurants ne se lèveront pas le 11 mai prochain / © Axelle Bouschon
 
  • Ce qui sera autorisé, ce qui sera (encore) interdit

"Nous allons rétrablir un régime de liberté dans lequel nous fixerons des exceptions. Il en va de notre santé à tous."

"Il sera à nouveau possible de circuler librement, sans attestation, sauf à plus de 100 kilomètres du domicile."

"Il sera possible de pratiquer des activités de plein air, mais pas de sports collectifs, de sports de contact, et de sport en salle."

"Les plages resteront inaccessibles au public jusqu'au premier juin".

"Les salles des fêtes, les salles polyvalentes, les salles de concert, cinémas et théatres resteront fermés jusqu'à début juin, au plutôt". 

"Les rassemblements dans les lieux publics ou privés de plus de 10 personnes seront encore interdits". 

"Les festivals de grande taille ne pourront se tenir avant le mois de septembre." 

"Les cimetières seront rouverts dès le 11 mai."


 

Sur le même sujet

Les + Lus