• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Dossier – ces jeunes qui osent le retour au rural

© FTVIASTELLA
© FTVIASTELLA

Vivre loin des villes et cultiver son jardin est pour beaucoup un rêve, rarement réalisé en raison des difficultés liées à la désertification du rural. Mais certains jeunes osent ce retour aux sources. Un couple, adepte de permaculture, a quitté Paris pour s'installer en Castagniccia.

Par France 3 Corse ViaStella

En plein cœur de la Castagniccia, dans le village de Verdese, Alain Wagner est venu s’installer sur la terre de ses vacances avec sa compagne Marianne Larrieu. 

Originaires Paris, le couple voulait « changer de vie ». Il refuse de s’installer en Corse avec « un grand parachute et arriver là en posant un gros truc en se disant : ‘Ça va marcher’ ». Il se lance donc un pari : créer une microferme. 

Alain et Marianne ont une activité principale : le maraîchage. « Je souhaite qu’il y en ait beaucoup qui s’installent comme nous. Une microferme comme la nôtre, il peut y en avoir une dans la vallée d’à côté », souligne Alain. 

Mais le couple pratique aussi d’autres activités. La jeune femme, attirée par l’apiculture s’est formée auprès de professionnels de la région et travaille également avec des artistes du continent. 

 
Dossier – ces jeunes qui le retour au rural
Intervenants - Alain Wagner, Maraîcher (42 ans) ; Marianne Larrieu Maraîchère (37 ans) ; Aurélie Piazza-Leoni, Pâtissière à Parata et assistante juridique Equipe - Pierre Nicolas ; Christian Giugliano ; Ramsey Kinany.
 

Renouer avec la nature


Le couple refuse l’agriculture industrielle et la monoculture intensive. Il s’est donc lancé dans la permaculture. Un moyen de renouer avec la nature, qui les pousse à vivre « avec moins » et à se « raisonner sur tout ». 

Pour Alain, être agriculteur a aussi ses avantages. Il se fait prêter des parcelles proches de sa maison, qu’il rendra éventuellement aux propriétaires après la récolte. Des terrains valorisés. « C’est resté dans un bon état. Je vais démaquiser, sortir la clôture, nettoyer tous les murs. Et comme première culture, je vais commencer par les pommes de terre, parce que ça travaille la terre, ça vient la réveiller », souligne le maraîcher. 

Ces entrepreneurs du rural comptent sur l’entraide. Elle passe notamment par des réseaux via internet. 


 

Sur le même sujet

Question/Réponse : Eric Leoni, professeur à l'université de Corse

Les + Lus