Élections syndicales dans les TPE : les syndicats corses multiplient les actions pour mobiliser les salariés

Entre les 22 mars et 6 avril, se tiennent les élections syndicales dans les TPE. En Corse comme ailleurs, ce scrutin enregistre un faible taux de participation dû à un manque d'information. Cette année, face à la crise économique, les syndicats insulaires multiplient les actions pour mobiliser. 

Entre les 22 mars et 6 avril, se tiennent les élections syndicales dans les TPE.
Entre les 22 mars et 6 avril, se tiennent les élections syndicales dans les TPE. © Hervé Kielwasser / Maxppp

En Corse, plus de 35.000 salariés de TPE (très petite entreprise) sont appelés à élire leur représentation syndicale entre les 22 mars et 6 avril prochains. "Le problème, c'est que très peu d'entre eux connaissent ces élections alors qu'elles sont très importantes, on parle d'un tiers de la population active de l'île", lance Jean Brignole, secrétaire général du STC. 

En 2016, lors des précédentes élections, seuls 9,4 % des 29.000 inscrits insulaires ont glissé un bulletin dans l'urne. Au niveau national, le taux de participation a timidement atteint 7 %. Alors, dans un contexte de crise sanitaire et économique, chaque organisation espère mobiliser. "Les inquiétudes sont encore plus fortes cette année, à cause du Covid19 un bon nombre de TPE ont fermé. Il est nécessaire que ces salariés expriment leurs revendications", soutient Patrick Bossard, secrétaire général de la CGT en Corse-du-Sud. 

Des campagnes de communication inédites

Face à une communication gouvernementale jugée insuffisante, voire inexistante, par certains, tous multiplient les actions. Au STC, le choix a été porté sur les réseaux sociaux et les mails. "On y explique que tous les salariés vont recevoir un courrier contenant leur identifiant et leur mot de passe qui sont indispensables pour pouvoir voter. Si jamais ce courrier est jeté, ils n'auront pas la possibilité de s'exprimer", souligne Jean Brignole. 

La CGT passe quant à elle par des canaux plus traditionnels. "Nous avons organisé une campagne d'affichage sur les bus de la communauté d'agglomération du pays ajaccien et sur les panneaux publicitaires, nous avons également investi dans des spots publicitaires qui sont passés plusieurs fois par jour sur la radio Alta Frequenza", détaille Patrick Bossard qui affirme que les moyens déployés pour cette campagne sont inédits.

Troisième organisation syndicale dans l'île, la FO a engagé un travail sur le terrain malgré la pandémie : "C'est important pour nous, d'autant plus que la FO est à l'origine de ces élections en 2012. On a à cœur d'aller voir les travailleurs même si c'est difficile. Les salariés sont éclatés dans de nombreuses entreprises. C'est un peu chercher une aiguille dans une botte de foin. Mais on y va pour les informer."

Cette année, le secrétaire départemental FO espère davantage de participation : "La situation du marché du travail est très compliquée en ce moment avec le Covid-19. Davantage de salariés se rapprochent de nous. Cela peut avoir une conséquence sur la participation."

Créées en 2012, ces élections syndicales permettent notamment aux salariés des entreprises de moins de 11 salariés d'élire les syndicats qui les représenteront au niveau interprofessionnel et de la branche professionnelle ; leurs conseillers prud'hommes et les membres des commissions régionales. Lors du dernier scrutin, le STC a remporté 52.13 % des suffrages, la CGT 22.41 %, Force Ouvrière 9,20 % et la CFDT 5.75 %. 17 autres organisations se sont partagé le reste des voix.  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie élections politique entreprises