Enseignement immersif de la langue corse : Scola Corsa obtient une subvention pour l’année

C'est un dossier qui avait fait naître la polémique : le subventionnement de Scola Corsa par la Collectivité de Corse. Cet été, nous apprenions qu'une première délibération en ce sens avait été retoquée par la préfecture. Mais vendredi 27 octobre, une nouvelle subvention a été votée par l'Assemblée de Corse, cette fois-ci semble-t-il en concertation avec l'État.

Scola Corsa sauvée… Au moins pour cette année. L’association était menacée suite à un recours gracieux formulé par le préfet de Corse retoquant une subvention de 2,8 millions d’euros sur trois ans votée, en juin, par l’Assemblée de Corse.

Privée de ce financement, Scola Corsa, en danger, avait lancé un appel aux dons. De son côté, la Collectivité tente alors de trouver une solution avec l’État pour s’assurer que l’octroi d’une nouvelle subvention ne soit, cette fois-ci, pas attaqué.

Selon nos informations, les discussions ont eu lieu à deux niveaux : avec le gouvernement, pour un accord politique, puis localement, avec la préfecture et le rectorat pour la déclinaison technique.

durée de la vidéo : 00h02mn25s
Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse ; Nadine Nivaggioni, conseillère territoriale "Fa populu inseme", Pasquale Castellani, président de Scola Corsa Bastia. ©France Télévisions

71 % du budget de l’association

Ainsi, une nouvelle aide est proposée par l’exécutif vendredi 27 octobre à l’Assemblée. Le rapport, adopté à l’unanimité, prévoit une subvention de près de 715.000 euros sur un an couvrant 71 % du budget de l’association. Une somme affectée aux activités périscolaires, et non plus directement à l’enseignement, ce qui avait motivé le recours du préfet.

En parallèle, se pose la question du conventionnement de Scola Corsa avec l’Éducation nationale. Une fois signé, les professeurs de la structure seraient payés par l’État et plus par l’association elle-même. « Nous espérons une contractualisation dans les plus brefs délais. Le délai réglementaire est de cinq ans, après il peut y avoir des dérogations et nous pouvons entrer dans le cadre de ces dérogations. Donc, tous les ans, nous présentons une demande auprès de l’Éducation nationale pour contractualiser nos écoles », explique Pasquale Castellani, président de Scola Corsa Bastia.

Si les discussions de ces dernières semaines, entre exécutif et gouvernement, n’ont pas porté sur ce point, l’accord trouvé pourrait faciliter l’obtention de l’agrément pour Scola Corsa. L’association, qui compte 110 élèves, espère en bénéficier avant sa quatrième rentrée scolaire, en septembre 2024.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité