Entretien avec Patrick Clémenceau-Fieschi, nouveau secrétaire général du STC

Après trois mandats, Jean Brignole cède sa place à Patrick Clémenceau-Fieschi à la tête du STC. Seul candidat en lice, issu de la section STC de la Collectivité de Corse, ce dernier indique souhaiter s'inscrire dans l'esprit de son prédécesseur.

Vous venez d'être élu à la tête d'une équipe renouvelée, à l'occasion de ce congrès annuel. Quelles seront vos priorités ?

Patrick Clémenceau-Fieschi : La première, c'est de gagner les élections. Et bien sûr toujours, de s'inscrire dans la continuité. On ne va pas changer quelque chose qui gagne.

Vous étiez l'unique candidat en lice. Il y a néanmoins eu quelques critiques émises, notamment sur la nouvelle organisation, et le fait que vous êtes épaulé par deux secrétaires généraux adjoints : Frédéric Bagnaninchi pour la Haute-Corse et Jean-Toussaint Poli pour la Corse-du-Sud. Certains y voient là la création d'une nouvelle strate...

P.C-F : Ce que j'en réponds, c'est qu'aujourd'hui nous sommes 30 [au sein de l'équipe de l'organisation syndicale], il n'y a pas un grand chef, il n'y a pas des adjoints, nous sommes tous pareils. Moi, je fonctionne comme cela.

Et c'est aussi pour renforcer le nouveau scrutin général. Je vais garder ma section à la Collectivité de Corse. Je vais continuer à travailler. Donc nous sommes obligés, pour être plus présents sur le terrain, de créer des nouveaux postes et de s'organiser différemment. 

Vous prenez aussi vos fonctions dans un contexte social qu'on peut qualifier de chargé, parfois de tendu. Pendant le conflit social de la réforme des retraites, le STC s'est mis en retrait de l'intersyndicale. Est-ce que cette position va perdurer, et si oui, comment envisagez-vous de continuer à vous opposer à cette réforme ?

P.C-F : Nous l'avons dit clairement encore aujourd'hui : nous sommes contre ce projet de loi de réforme des retraites. On attend début juin, ce qu'il en sera de la motion déposée par le groupe LIOT [le groupe LIOT, auquel appartiennent notamment les trois députés nationalistes, a déposé une proposition de loi visant a abrogé la loi promulguée par le gouvernement, et tout particulièrement le recul de l'âge de départ à la retraite à 64 ans. Celle-ci sera examinée à l'occasion de la niche parlementaire du groupe à l'Assemblée nationale, le 8 juin prochain, ndlr], en espérant que la droite votera massivement pour retirer ce processus.

On fera aussi sûrement des démarches, et des actions sur le terrain.

Concernant le processus de discussion avec Beauvau, le syndicat l'a critiqué, estimant qu'il empruntait un chemin de faux-semblant. Vous demandez à y participer.

P.C-F : Si on fait un processus sans le volet social, ce n'est pas un processus. Moi, je demande à l'exécutif de recevoir l'ensemble des syndicats pour discuter avec eux.

Retrouvez son entretien en intégralité, accordé à Marc-Antoine Renucci et Stéphane Poli, ce dimanche 14 mai : 

durée de la vidéo : 00h02mn40s
Entretien avec Patrick Clémenceau-Fieschi, nouveau secrétaire général du STC ©Marc-Antoine Renucci, Stéphane Poli / FTV

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Corse ViaStella
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité