Grève du 22 mai : retour sur les manifestations à Ajaccio et Bastia

© François- Albert Bernardi/FTVIASTELLA
© François- Albert Bernardi/FTVIASTELLA

Comme partout en France, à l'appel de six syndicats, la fonction publique était en grève ce mardi en Corse. Deux manifestations se sont déroulées à Ajaccio et Bastia. Le secteur de l'énergie a lui aussi été touché.

Par France 3 Corse ViaStella

Ce matin à Bastia près de 300 personnes, fonctionnaires et retraitées, se sont réunies devant les grilles de la préfecture. Comme partout en France, les revendications sont claires. Il faut sauver le service public et dire non à l'austérité.

« La Corse est très impactée par les attaques contre le service public avec des contractuelles au lieu de fonctionnaires, comme si la Corse n’avait pas assez d’emplois précaires, des services de proximité dans le rural qui ferment alors que c’est essentiel pour l’aménagement du territoire. Ce n’est pas un mouvement corporatiste. Bien sûr, on défend nos salaires, on défend le pouvoir d’achat, mais c’est toute la population qui a besoin du service public en Corse aujourd’hui », indique Jean-Pierre Battestini, CGT Haute-Corse.

Le secteur de l'énergie aussi touché



CGC, CFDT, CGT, FO, FSU, UNSA six syndicats avaient appelé à la grève. Ils dénoncent les conditions de travail qui se dégradent dans les hôpitaux, l'augmentation des contractuels des milliers de postes supprimés la mobilisation ne s'arrêtera pas à cette seule journée.

«  Les journées d’actions, il y en a encore une le 26, nous verrons après la suite du calendrier. Nous soutenons toutes les actions qui sont mises en place par nos camarades cheminots et puis par d’autres qui vont entrer dans le mouvement » explique Charles Casabianca, porte-parole de l'Intersyndicale.



À Ajaccio, ce mardi matin, le secteur de l'énergie était lui aussi touché. Les salariés d’Engie craignent que l'entreprise publique perde le marché de l'énergie en Corse, qu'elle détient pour l'instant, au profit du privé. « Toutes les semaines ont reconduit, ce matin, on a bloqué les sites de Caldaniccia. Donc des bases opérationnelles, de l’ingénierie et de la technique clientèle de manière à ce que les directions régionales prennent en compte nos revendications », précise Xavier Nesa, secrétaire général du syndicat CGT EDF Corse.

Même si l’île compte un tiers de fonctionnaires parmi ses actifs, ils n'étaient visiblement pas tous dans la rue ce mardi.



A lire aussi

Sur le même sujet

"Les soldats de Napoléon : les traces cachées" - Extrait

Les + Lus