12 mois de prison avec sursis requis contre l’agresseur présumé du syndicaliste Xavier Nesa

Le procès de Sébastien Mariani devant le tribunal correctionnel de Bastia, ce vendredi 23 février. Le parquet a requis 12 mois d'emprisonnement avec sursis contre le militant STC jugé pour violence en réunion et accusé d'avoir agressé le secrétaire de la CGT Energie, Xavier Nesa en avril 2023. Le jugement a été mis en délibéré au 8 mars 2024.

Atmosphère syndicale, ce vendredi 23 février, au tribunal de Bastia. Une soixantaine de militants du STC, parmi lesquels le secrétaire national Patrick Clémenceau, sont venus soutenir l’un des leurs. Sébastien Mariani comparaît pour avoir frappé Xavier Nesa qui appartient au syndicat rival de la CGT.  

Les faits se déroulent le 17 avril 2023 aux abords de la centrale de Lucciana en plein conflit contre la réforme des retraites. STC et CGT sont opposés sur la manière de poursuivre le mouvement. Xavier Nesa arrive, il est alors violemment pris à partie et frappé au sol. 

Hospitalisé avec le nez cassé, il souffre de deux fractures. Il se verra prescrire 30 jours d’incapacité totale de travail, la CGT organise le lendemain un rassemblement de soutien. La victime fait une description de son agresseur sans le nommer. 

Xavier Nesa, lui, a fait le choix de ne pas venir à l’audience, représenté par son avocat. « Tout d’abord par éthique personnelle de Monsieur Xavier Nesa, d’autre part par culture syndicale à la CGT qui a toujours pour conduite de ne désigner personne et de ne porter plainte contre personne. Ils ont laissé l’enquête préliminaire se dérouler et enquête préliminaire qui a permis en tout cas au ministère public de renvoyer Monsieur Mariani devant la juridiction pour qu’il y soit jugé. On verra ce que fera le tribunal des éléments recueillis, mais il me semble que dans ce dossier, des éléments objectifs ont été réunis de manière suffisante pour que l’on puisse tout du moins avoir un débat judiciaire sur l’agression dont a été victime Monsieur Nesa », estime Stephane Nesa, avocat de Xavier Nesa. 

Un tract serait à l’origine de l’agression

Un trac de la CGT serait à l’origine de l’agression le STC n’y est pas cité, mais s’y sens diffamé. À la barre, Sébastien Mariani clame son innocence, mais ne convainc pas la procureure qui requiert 12 mois de prison avec sursis à son encontre. 

Disproportionné pour la défense qui plaide la relaxe. « Le doute doit lui profiter. Aujourd’hui, je ne comprends pas les réquisitions du ministère public à une peine d’emprisonnement de 12 mois avec sursis pour une personne qui a 44 ans bientôt et qui est inconnu des services de police et de gendarmerie. C’est très surprenant », soutient Laura Maria Poli, avocate de Sebastien Mariani. 

La défense a également demandé la requalification des faits en violences simples. Sébastien Mariani est poursuivi pour violences en réunion, il était seul sur le banc des accusés. Le jugement a été mis en délibéré au 8 mars prochain.