Assises de Bastia : deux hommes jugés pour une tentative de meurtre

Poursuivi pour tentative de meurtre sur Soufiane Diani, le 1er novembre 2017 à Folelli, Jean-Antoine Marcelli est jugé cette semaine par la cour d’assises de Haute-Corse au côté de Thomas Frati, accusé de complicité de meurtre.

Deux hommes sont jugés par la cour d'assises de Haute-Corse.
Deux hommes sont jugés par la cour d'assises de Haute-Corse. © France 3 Corse ViaStella

Un nouveau procès a débuté ce lundi 1er février aux assises de Haute-Corse pour une tentative de meurtre perpétrée à Folelli, en 2017. Jean-Antoine Marcelli, 23 ans, est poursuivi pour tentative de meurtre, Thomas Frati (28 ans) pour complicité.

Les deux hommes sont jugés dans une affaire qui remonte au 1er novembre 2017. Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre, un homme, Soufiane Diani, est blessé par balle, après une soirée au bar L'Escale à Folelli, au niveau de Penta-di-Casinca, où il a croisé Jean-Antoine Marcelli, qu’il ne connaît pas, et Thomas Frati, avec qui il a un différend depuis sa jeunesse. 

La scène s'est déroulée vers 4 heures du matin, alors qu’il rentrait chez lui.

Jean-Antoine Marcelli et Thomas Frati nient les faits

 Jean-Antoine Marcelli, déjà condamné à un an de prison pour détention illégale d'une arme et de munitions, a également été vu en possession d’une arme, sans que les enquêteurs puissent déterminer s’il s’agissait d’un jouet, d’une arme à blanc ou d’une arme à feu classique. L'arme du crime, d'ailleurs, n'a jamais été retrouvée.

Jugés cette semaine aux assises, Jean-Antoine Marcelli (représenté par maîtres Gilles Antomarchi et Julien Pinelli) et Thomas Frati (représenté par maître Catherine Braun), qui sont en détention provisoire depuis leur arrestation en novembre 2017, nient les faits. Soufiane Diani, qui présente une invalidité au bras gauche depuis le tir, est défendu par maître Jean-Sébastien de Casalta.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers