Commémoration du 76e anniversaire des combats du col de Teghime

Ce jeudi 3 octobre, se sont tenues les commémorations des combats du col de Teghime. 76 ans après, les anciens combattants et des jeunes s’y sont retrouvés. C'est là qu'ont débuté, en 1943, les combats, avec notamment les Goumiers marocains, pour libérer l'île de l'Occupation.
Ce jeudi 3 octobre, se sont tenues les commémorations des combats du col de Teghime.
Ce jeudi 3 octobre, se sont tenues les commémorations des combats du col de Teghime. © Christian Giugliano / FTVIASTELLA
Au col de Teghime, ce jeudi 3 octobre, les drapeaux corse, marocain et français sont levés côte à côte. Ils célèbrent la mémoire des troupes qui, sur ces lieux, ont impulsé la libération de Bastia et de la Corse il y a 76 ans. 

« Le col de Teghime, c’est la clef de Bastia. Qui prend le col, prend Bastia. Il y a eu la libération de ce col, tenu par des Allemands », explique Georges Tardieu, délégué Général du Souvenir Français en Corse. Sur les crêtes, théâtre d’une guérilla de montagne, les goumiers marocains s’illustrent face à l’ennemi. 

Deux assauts successifs et sanglants, 80 morts, le col de Teghime est repris. La voie vers Bastia est ouverte. 

 
Deux classes de primaire de Patrimonio ont participé à la cérémonie.
Deux classes de primaire de Patrimonio ont participé à la cérémonie. © Christian Giugliano / FTVIASTELLA
© Christian Giugliano / FTVIASTELLA
© Christian Giugliano / FTVIASTELLA
© Christian Giugliano / FTVIASTELLA
© Christian Giugliano / FTVIASTELLA

 

Les cérémonies sont l’occasion de rendre hommage aux soldats sacrifiés. « Ces gens-là ont donné leur vie pour la Corse. Ils sont venus de loin, attisés par une flamme de libérer un peuple considéré comme un peuple frère. C’est un moyen de tisser de fortes relations entre la Corse et le Maroc », explique Mohamed Harrak, consul du Maroc en Corse.

Deux classes de primaire de Patrimonio assistent à la cérémonie. « Le message à l’égard des jeunes générations, c’est que ces combattants, venus de leurs villages, d’Afrique, pour venir se battre et perdre la vie, pour que nous, nous soyons libres aujourd’hui. Il faut surtout retenir un message de tolérance », estime Marguerite Mondoloni, présidente de l'office national des anciens combattants en Corse.

Reportage : 
Commémoration du 76e anniversaire des combats du col de Teghime

Si les témoins directs de cette bataille ont tous disparus. Leur mémoire, elle, est toujours bien vivante. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
seconde guerre mondiale histoire sorties et loisirs