Festival : Arte Mare invite les monstres du cinéma à Bastia

Sur grand écran, il y a les monstres sacrés. Et puis il y a les vrais monstres. Ceux qui ne vous veulent pas que du bien. Godzilla, Frankenstein, Mr Hyde et les autres. Arte Mare n'a peur de rien, et les a conviés en Corse pour l'édition 2020 qui débute le 3 octobre.

La 38ème édition d'Arte Mare, à Bastia, est dans l'air du temps.
La 38ème édition d'Arte Mare, à Bastia, est dans l'air du temps. © Arte Mare
Les monstres attaquent...

Alors que la planète se réveille, chaque matin, dans une atmosphère de fin du monde, et que notre quotidien ressemble à une série B catastrophe, reconnaissons qu'Arte Mare a eu du nez au moment de choisir le thème de l'édition 2020.
Michèle Corrotti, présidente du festival, motivant ses troupes à la veille d'Arte Mare, l'un des plus gros festivals de Corse
Michèle Corrotti, présidente du festival, motivant ses troupes à la veille d'Arte Mare, l'un des plus gros festivals de Corse © Elisa Timotei
Au programme, donc, de ce 38ème Arte Mare, des classiques incontournables, tels que Freaks de Todd Browning ou I Mostri, de Dino Risi.

Mais également des chefs-d'oeuvre plus récents tels que Le Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro, des OVNI comme Gisèle Kerozene de Jan Kounen...

Ou, histoire de rappeler qu'il n'y a pas d'âge pour se faire peur, Petit Vampire, tiré des bandes dessinées de Joan Sfar.

En tout, 13 films au programme, pour se rappeler qu'il y a bien d'autres raisonner de se faire peur que la Covid-19.

Place à la compétition

Mais Arte Mare, c'est bien sûr, encore et toujours, la, ou plutôt les compétitions. 

- Celle, incontournable, du long métrage méditerranéen, proposera cette année encore des films venus de France, d'Espagne, d'Italie, d'Israël, d'Algérie, du Portugal ou de Tunisie. 

-La compétition des films corses réunit quant à elle courts et moyens métrages de fiction et des documentaires. 
Anomalie, de Jean-François Celli, l'un des films sélectionnés pour la compétition des films insulaires
Anomalie, de Jean-François Celli, l'un des films sélectionnés pour la compétition des films insulaires © DR
-Enfin la compétition des écoles de cinéma, qui présente 7 courts-métrages, réalisés par des réalisateurs venus de toute la Méditerranée, dans le cadre de leurs études.

Un fenêtre ouverte sur la nouvelle génération, et un avant-goût, peut-être, du cinéma de demain. 

Avant-premières

Arte Mare, c'est aussi l'occasion de découvrir quelques films très attendus avant tout le monde, et sur grand écran...

Un plaisir qui se fait de plus en plus rare, conséquence de la frilosité des producteurs et des distributeurs, qui préfèrent attendre que l'horizon sanitaire se dégage avant d'envoyer leurs films au massacre en salles...Durant cette semaine, les festivaliers auront donc le plaisir de se faire un avis sur le nouveau Jean-Pierre Ameris, Profession du père, adapté du très beau livre (pléonasme) de Sorj Chalandon. 
Sur Mon cousin, de Jan Kounen, avec Vincent Lindon et François Damiens, mais également, entre autres, sur les derniers longs-métrages d'Albert Dupontel et Maïwenn.

Mathias Enard en invité de marque

Le prix Ulysse sera cette année remis à Mathias Enard, prix Goncourt 2015 pour Boussole, et écrivain fasciné par la Méditerranée, personnage principal de son oeuvre, de Rue des Voleurs à Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants, en passant par Zone.

MAthias Enard, à Leipzig, en Allemagne, en 2017, lors de la réception d'un prix littéraire
MAthias Enard, à Leipzig, en Allemagne, en 2017, lors de la réception d'un prix littéraire © Hendrik SCHMIDT/MAXPPP
Le prix Ulysse du premier roman, enfin, est décerné à Maylis Besserie, pour son roman Tiers Temps, consacré à Samuel Beckett.
Un livre couronné également du prix Goncourt du premier roman.

Retrouvez ici la grille de la programmation d'Arte Mare 2020.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture cinéma festival événements sorties et loisirs