Municipales à Bastia : Julien Morganti pose ses conditions en vue d'une union face à Pierre Savelli

Le communiqué du candidat bastiais ne laisse guère de doutes concernant l'alliance pour battre le maire sortant. Ce sera derrière lui ou sans lui. De quoi compliquer les tractations pour une union au second tour. 

Julien Morganti pourrait ne pas se ranger derrière Jean-Sébastien de Casalta
Julien Morganti pourrait ne pas se ranger derrière Jean-Sébastien de Casalta © FTVIASTELLA
"A l’issue du 1er tour, notre liste devient le premier groupe politique de l’opposition et nous oblige, en responsabilité, à créer les conditions du rassemblement autour d’un projet fédérateur."
 

Intégralité du communiqué de Julien Morganti


En langage électoral, le message est clair : Julien Morganti entend bien mener la liste d'union au second tour, face à Pierre Savelli, le maire sortant. 
Si liste d'union il y a. 
 
Julien Morganti, au moment de la présentation de son projet pour Bastia, le 7 décembre dernier.
Julien Morganti, au moment de la présentation de son projet pour Bastia, le 7 décembre dernier. © Camille Wormser / FTVIASTELLA
 

Une tête de liste, plusieurs candidats

Parce qu'il n'est pas dit que les deux autres candidats d'opposition qui ont franchi la barre des 10 %, Jean-Sébastien de Casalta (20,02 %) et Jean Zuccarelli (13,83 %), soient d'accord pour se ranger derrière Julien Morganti. 
Julien Morganti, avec 12,42 %, a réuni moins de suffrages qu'eux. 

Sans surprise, Jean-Sébastien de Casalta, fort de sa position au premier tour, lançait de son côté un appel du même genre, le 20 mai dernier, sur Twitter.    

Un groupe "homogène"

Mais Julien Morganti ne voit pas encore quoi ces scores du premier tour pourraient apporter à l'avocat bastiais la légitimité qu'il revendique.
Selon lui, "il faut voir au-delà de ce premier tour. Et se projeter après les élections. Donc il ne faut pas raisonner en terme de listes. Il faut raisonner en terme de groupes." 

Et Julien Morganti revendique de représenter le premier groupe politique de l'opposition.
Cela peut sembler bizarre, de premier abord, au regard des résultats du 15 mars dernier. 
 

Mais, selon lui, au troisième tour, lors de la répartition des sièges, le principal groupe serait pourtant le sien.
Pourquoi ? 
Parce que sa liste n'est pas constituée de plusieurs courants disparates, qui pourraient former plusieurs groupes sur les bancs du conseil municipal. 
Contrairement à ses concurrents.
 
ILLUSTRATION : Jean-Sébastien de Casalta, discutant avec une sympathisante au sortir d'une réunion publique, durant la campagne
ILLUSTRATION : Jean-Sébastien de Casalta, discutant avec une sympathisante au sortir d'une réunion publique, durant la campagne © Sébastien Bonifay
 

Cavalier seul ?

Avec ce communiqué, publié dès l'annonce de la tenue probable du second tour le 28 juin prochain, Julien Morganti fait donc connaître ses conditions.
Et mets ses possibles alliés devant le fait accompli. 

Soit c'est lui qui mènera la liste d'union, soit il fera cavalier seul. 
Ce n'est pas dit clairement dans le communiqué, mais tout le laisse à penser. 
Et en off, dans son camp, on n'en est fait pas vraiment mystère...
 
Pierre Savelli glissant son bulletin dans l'urne le 15 mars dernier
Pierre Savelli glissant son bulletin dans l'urne le 15 mars dernier © Solange Graziani

Décidément, Julien Morganti veut jouer sa carte jusqu'au bout. 
Et tient à imposer le tempo de cette campagne du deuxième tour des municipales. 
Jusque-là, ça ne lui a pas trop mal réussi. 

En août dernier, déjà, alors que nul n'avait encore dévoilé sa candidature, l'élu de l'opposition annonçait qu'il se présentait aux élections, sur les réseaux sociaux.

La nouvelle avait, à elle seule, précipité les débuts de la campagne.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections