Pauvreté et vieillissement de la population, en Corse 10 000 personnes de plus de 60 en perte d'autonomie

La dernière enquête de l'Insee révèle qu'en Corse 10 000 séniors vivant à domicile sont en perte d'autonomie, soit 10% des personnes de plus de 60 ans. Un chiffre supérieur de 7% à la moyenne nationale qui s'explique notamment par le seuil de pauvreté de la population insulaire.

Capacités physiques, sensorielles et cognitives, difficultés quotidiennes et état de santé général sont les critères d'évaluations sur lesquels s'appuie cette enquête réalisée entre février 2021 et avril 2022 auprès de 334 000 personnes vivant en France. Une étude qui dresse un état des lieux sur les conditions de vie des personnes vivant à domicile, leurs difficultés à réaliser les activités de la vie quotidienne et les aides qu’elles reçoivent.

Explications démographiques

En 2021 en Corse, un tiers des habitants était âgé de 60 ans ou plus. "Avec 104 000 personnes de 60 ans ou plus, soit trois habitants sur dix, la population corse est la plus âgée de France métropolitaine après celle de Nouvelle-Aquitaine. Elle est même en première position pour le quatrième âge, avec 11 % de la population âgée de 75 ans ou plus" indique l'étude de l'institut national de la statistique et des études sur l'économie.

Selon les projections de population, les représenteront quatre habitants sur dix en Corse à l’horizon 2070, le quart de la population insulaire atteindrait alors le quatrième âge.

La perte d’autonomie se développe avec l’âge

Entre 60 et 74 ans, 5 % des seniors insulaires sont évalués "en perte d'autonomie", alors qu’ils sont 31 % à 85 ans ou plus.

À âge égal, les femmes sont davantage touchées que les hommes. Ainsi après 85 ans, 39 % d’entre elles sont en perte d’autonomie à domicile contre 18 % des hommes. Des chiffres qui s'expliquent par le fait que "suite au veuvage les hommes partiraient plus tôt et plus souvent en institution", indique l'Insee.

Des difficultés quotidiennes

Sur l’île, 97 % des seniors vivent à domicile. Parmi eux, 27 % vivent seuls, soit la part la moins importante des régions de France métropolitaine.

"Un senior insulaire sur cinq fait face à des problèmes moteurs comme la marche ou la préhension. Un sur dix signale des problèmes sensoriels visuels ou auditifs. Enfin, un sur vingt présente des troubles cognitifs de compréhension ou de concentration. Ainsi sur l’île, 38 % des seniors sont limités dans leurs activités au quotidien, soit deux points de plus qu’en France métropolitaine" indique l'étude.

Par ailleurs, 18 % des seniors vivant à domicile se déclarent "en mauvaise ou très mauvaise santé". C’est le taux le plus élevé des régions métropolitaines, dont la moyenne est de six points inférieure.

La pauvreté altère la santé et l'autonomie

Avec 18,3% d'habitants qui vivent sous le seuil de pauvreté, la Corse est la région la plus pauvre de France (étude Insee publiée en octobre 2023).

Pauvreté et mauvaise santé sont liées,or l’île fait partie des régions françaises les plus pauvres, En Corse, le revenu des seniors est plus faible qu’en France métropolitaine, notamment dans ses territoires ruraux.

La perte d’autonomie est aussi plus fréquente dans les où 12 % des seniors insulaires y font face, contre 9 % parmi ceux habitant en ville. En Corse, deux tiers des seniors résident en zone rurale.

L'aide des proches

Outre les aides techniques (cannes, équipements auditifs ...) et les aménagements de logement, les seniors en perte d’autonomie peuvent recourir à l’aide de l’entourage ou aux aides professionnelles (infirmiers, aides-ménagères). 

"En Corse, tous les seniors en perte d’autonomie bénéficient d’au moins une de ces aides." La plus généralisée est l’aide d’un proche, neuf seniors sur dix en bénéficient.

Avec une quarantaine d'établissements, la Corse offre deux fois moins de places en Ehpad que la moyenne nationale.

Mais la présence d'un grand nombre de professionnels en soins infirmiers (deux fois plus que la moyenne nationale) favorise le maintien à domicile.