Tribunal correctionnel de Bastia : Ghjilormu Garelli et Anthony Verduri condamnés pour détention d'armes

Publié le Mis à jour le

Ghjilormu Garelli et Anthony Verduri, deux jeunes hommes, ont été condamnés, ce mardi 9 mars, à trois ans de prison dont dix-huit mois avec sursis. Ils comparaissaient pour transport et détention d’armes à feu en état de récidive.

Le tribunal correctionnel de Bastia a condamné, ce mardi 9 mars, Ghjilormu Garelli et Anthony Verduri à 3 ans de prison et 18 mois de sursis.

Âgés de 23 ans, ils comparaissaient pour transport et détention d’armes à feu en état de récidive. Des armes avaient été découvertes après un accident mortel de la circulation, le 22 août 2020 à Folelli. Les forces de l'ordre avaient retrouvé un pistolet manhurin, un semi-automatique, et des munitions sur place.

Les deux jeunes hommes avaient tenté de les dissimuler avant l’arrivée des forces de l'ordre. Anthony Verduri, commotionné, avait été arrêté sur les lieux. Son complice, Ghjilormu Garelli, conducteur au moment des faits, s’était rendu plusieurs jours après.

"Une erreur"

Lors de son audition par le tribunal, Ghjilormu Garelli a voulu  Anthony Verdui hors de cause. Il a assuré que les armes lui appartenaient et qu'il avait fait "une erreur". Il a précisé s'en être servi pour tirer en l’air au baptême de son filleul avant de quitter la soirée.

Le procureur de la République avait demandé une peine "exemplaire" de 4 à 5 ans d'emprisonnement "la détention d’armes" serait "un fléau qui amène à des meurtres". Il reproche notamment aux deux prévenus d’avoir un comportement digne du "grand banditisme".

Maître François Fabiani, l'avocat de Ghjilormu Garelli, a quant à lui souhaité une personnalisation des peines. Pour lui, Garelli n’est pas le "voyou" décrit par le procureur. Il a notamment rappelé que le jeune homme, garagiste, s’est construit sans père, assassiné devant des témoins et dont les assassins n’ont jamais été condamnés.

Déjà condamnés en 2019

La circonstance aggravante de récidive a été retenue. Les deux jeunes hommes avaient déjà été condamnés pour des mêmes faits de détention d'armes, en 2019. Ghjilormu Garelli avait écopé d'un an de prison et Anthony Verduri à 6 mois de prison.