Les urgentistes manifestent à Bastia

Un manifestation a été organisée ce jeudi 26 septembre dans les rues de Bastia pour demander les moyens d'exercer correctement leur travail et d'accueillir les patients. / © Maia Graziani / FTVIASTELLA
Un manifestation a été organisée ce jeudi 26 septembre dans les rues de Bastia pour demander les moyens d'exercer correctement leur travail et d'accueillir les patients. / © Maia Graziani / FTVIASTELLA

Nouvelle action des urgentistes du centre hospitalier de Bastia. Ce jeudi 26 septembre, les personnels, en grève depuis juillet, ont manifesté du palais de justice à la préfecture. Ils réclament notamment un financement à 100 % de la modernisation de l’établissement. 

Par France 3 Corse ViaStella

À Bastia, c’est un cercueil qui a ouvert la manifestation partie du palais de Justice pour rejoindre la préfecture ce jeudi 26 septembre. Les grévistes du centre hospitalier avaient appelé à une marche silencieuse, vêtus de noir.

Un enterrement, pour le symbole. Dans le cortège, on le dit et on le répète, l’espoir n’est pas mort et la mobilisation reste entière

Cette manifestation, est un message lancé à l’agence régionale de santé et au ministère de la santé, mais aussi au nouveau directeur de l’hôpital, arrivé il y a 10 jours à peine, avec qui les syndicats ont commencé à négocier dès hier. La mobilisation est celle des services d’urgence bien sûr, urgence et Samu, en grève depuis juillet. 

 

Mêmes revendications depuis 1992


​​​​​Mais à Bastia les revendications sont beaucoup plus larges. La dette de l’hôpital s’élevait à 60 millions d’euros à la fin de l’année dernière, une situation qui pourrait avoir empiré depuis.

Les revendications des grévistes restent les mêmes depuis 1992, date de la catastrophe de Furiani, ils réclament le financement à 100 % de la modernisation de l’hôpital. C’est d’ailleurs ce qu’ils demanderont en préfecture puisque des délégations syndicales y ont été reçues en fin de matinée

Il faut qu'ensemble, sans discriminaton, et quelque soit les services, le corps médical, le personnel, ou les conseils de surveillance, tout le monde arrive à demander la même chose et à l'exiger. Si on n'a pas de financement à 100%, on sera dans la rue encore très longtemps.
Josette Risterucci, secrétaire CGT de l'hôpital

Le reste des manifestants s’est rendu sur la place Saint-Nicolas pour organiser un pique-nique, l’occasion pour eux de sensibiliser la population à leur quotidien.

Aujourd'hui c'est trop de passage dans de petits locaux, des locaux qui ne sont pas adaptés pour les patients agités, de la pédiatrie au milieu des patients agités ou de la psychiatrie, des personnes âgées qui attendent des heures dans des brancards faute de lits dans l'hôpital... c'est toutes ces conditions qui nous font dire qu'en tant que soignant ou usager, on n'aimerait pas venir aux urgences de Bastia.
Sabine Renaud, porte parole du collectif inter-urgences

 Notre direct sur place :


Nous avons rencontré le nouveau directeur de l'hôpital, arrivé de Guyane le 16 septembre, Jean-Mathieu Defour. Pour lui, c'est l'interim médical qui coûte le plus cher. C'est-à-dire le fait de remplacer des postes vacants. La solution serait d'inciter les médecins à venir en Corse. 

On va d'abord travailler sur les recettes, faire rentrer l’argent qui nous est dû. Mais aussi et surtout sur la maîtrise des dépenses, dont certaines sont insupportables pour l’hôpital, comme l’interim medical, qui représente plusieurs millions d’euros. On va travailler sur une politique d’attractivité des médecins, que les médecins aient envie de venir et de rester à Bastia.
- Jean-Mathieu Defour, directeur de l'hôpital

 

A lire aussi

Sur le même sujet

François-Frédéric Navarra vainqueur de la 16e édition du rallye du Nebbiu

Les + Lus