L’hippodrome de Biguglia parie sur l’élevage corse

© Émilie Arraudeau/FTVIASTELLA
© Émilie Arraudeau/FTVIASTELLA

L'hippodrome de Biguglia a fait sa rentrée dimanche avec au programme sept courses comptant de 4 à 14 partants. Parmi eux, Apollon de Bravone, l'un des symboles du renouveau de l'élevage corse.

Par France 3 Corse ViaStella

En marche arrière, voilà Apollon de Bravone, un étalon anglo-arabe de 8 ans. C'est un mâle hongre, issu de l'élevage de Mathieu Maurizi dans la plaine orientale. 

Un champion corse que Daniel Ferir, ancien jockey, entraîne depuis ses débuts. « Il a sa personnalité. Il est très gentil, mais il sait se faire comprendre. Mais c’est un gentil cheval, la preuve, il a huit ans et il va toujours aux courses. Et il est content d’y aller, je pense. Il a gagné 13 ou 14 courses. C’est un bon cheval. C’était le meilleur trois ans corse, et il a continué et là à huit ans, il gagne ses courses tous les ans », explique Daniel Ferir, entraîneur d'Apollon de Bravone.

 
À l’hippodrome de Biguglia, se joue le renouveau de l’élevage corse
Intervenants - Daniel Férir, Entraîneur Apollon de Bravone ; Mimi Lorenzoni, Vice-président de la société des courses de Biguglia ; Jeanne, caissière à l'hippodrome de Casatorra. Equipe - Émilie Arraudeau ; Frédéric Roche ; Julien Castelli


Et c'est encore vrai sur la piste de l'hippodrome de Casatorra dimanche. Face à huit concurrents, sur 2 400 mètres, le numéro 1 s'impose au finish.
 

« L’élevage corse est sur la bonne voie » 


Apollon de Bravone vient de remporter le prix de l'élevage corse. Actuellement, chaque année, une dizaine de courses sont réservées aux nés et élevés dans l'île

Le but : relancer l'élevage. « Depuis quelques années, l’élevage rencontrait quelques difficultés. Nous essayons de remonter la pente, et aujourd’hui, c’est dans la course où il y a le plus de partants. C’est un signe et je suis très fier de la signaler. L’élevage corse est sur la bonne voie », se félicite Mimi Lorenzoni, Vice-president de la société des courses de Biguglia.
 
© Émilie Arraudeau/FTVIASTELLA
© Émilie Arraudeau/FTVIASTELLA


Ces courses nustrale attirent le public. On vient au spectacle pour s'amuser, mais aussi pour parier, un peu. « Ceux qui ne savent pas tellement jouer, c’est à deux euros. Par contre nous avons des bons joueurs de chevaux, qui s’y connaissent, ils connaissent les chevaux, et ils mettent des mises à 50 euros et parfois ça arrive à 100 euros », indique Jeanne, caissière à l'hippodrome de Casatorra. 

La prochaine réunion à Casatorra sera le 14 octobre. Avant cela, l'élevage corse aura l'occasion, rare, de briller lors d'un Grand Prix à Longchamp, le 22 septembre prochain.



 

Sur le même sujet

À l’hippodrome de Biguglia, se joue le renouveau de l’élevage corse

Les + Lus