Calacuccia : le distributeur automatique de billets va-t-il être retiré ? 

© Morgane Bona / FTVIASTELLA
© Morgane Bona / FTVIASTELLA

Le Sénat vient d'adopter une proposition de loi visant à freiner la désertification bancaire dans les territoires ruraux. La plupart des distributeurs automatiques y sont peu à peu supprimés. C'est ce que craignent notamment les habitants de Calacuccia dans le Niolu.

Par France 3 Corse ViaStella

Retirer de l'argent, une opération de plus en plus difficile dans les territoires ruraux. 

Les distributeurs disparaissent des villages, alors celui de Calacuccia, installé en 2014, fait l'unanimité. « C’est très important, parce que dans le rural, il n’y a plus rien. Si en plus il faut se déplacer à Corte ou Bastia pour retirer un peu d’argent », estime un habitant. « Déjà, qu’on supprime des tas de services, pour moi, c’est utile et indispensable », continue une autre. 

Même satisfaction chez les commerçants, dans une région où l’autre distributeur le plus proche est à 30 kilomètres. « Le fait qu’il y a un distributeur, ça facilite tout. C’est très bien pour la région », estime Mathieu Acquaviva, commerçant.

 
Calacuccia : le distributeur automatique de billets va-t-il être retiré ? 
Intervenants - Mathieu Acquaviva, Commerçant ; Jean-Baptiste Castellani, Maire de Calacuccia ; Jean-Luc Negroni, Délégué aux relations territoriales de Haute-Corse Groupe La Poste Equipe - Grégoire Alcalay ; Morgane Bona ; Joseph Ienco.
 

Proposition de loi 


Pour lutter contre la désertification bancaire, le Sénat a adopté une proposition de loi. Deux mesures principales sont envisagées : 
 
  • le recours possible, pour les communes, au fonds d'intervention pour les services, l'artisanat et le commerce pour l'aider à financer l'installation d'un DAB (distributeur automatique de billets).
  •  une banque ne pourra fermer son distributeur que s'il en existe un autre à moins de 10 km.

Une disposition qui protégerait le DAB de Calacuccia, le seul qui existe dans le Niolu. Une satisfaction pour le maire qui y voit un vrai service public. « Pour la population de la commune, du canton, des touristes en été, et aussi des randonneurs. Et c’est un plus pour le commerce aussi », indique Jean-Baptiste Castellani.

La Poste n’envisage donc pas de supprimer ce distributeur en dépit d’un coût de 12 000 euros par an. « Un distributeur de billets nécessite un nombre de retraits minimums en terme de fonctionnement. Le DAB de Calacuccia fonctionne, il n’est pas à hauteur des niveaux de rentabilité qu’on peut exiger dans le domaine urbain », soutient Jean-Luc Negroni, délégué aux relations territoriales de Haute-Corse du groupe La Poste.

La proposition de loi sur la désertification bancaire doit maintenant être examinée par les députés.


 

Sur le même sujet

Les + Lus