• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Calvi on the Rocks : comment s’organise la sécurité face à la menace terroriste ?

La sécurité au festival Calvi On The Rocks

Calvi on the Rocks est devenu un festival incontournable de l’été. Des milliers de festivaliers sont attendus sur sept sites différents. Evidemment, dans un contexte de menace terroriste, la question de la sécurité se pose.

Par France 3 Corse ViaStella

Cette année, Calvi On The Rocks c’est Nina Kraviz, Kerri Chandler, Cassius, Agar Agar et des milliers de festivaliers qui viennent danser en bord de plage.

Cette année, le festival fête ses 15 ans et accueille toujours plus de monde entre le 30 juin et le 15 juillet, dans un contexte où la peur des attentats fait aussi partie de l’organisation du festival.

Nageurs-sauveteurs

A cela, s’ajoutent les risques d’un festival qui se veut ouvert et en bord de mer. Sur la plage, des nageurs-sauveteurs municipaux et des agents privés assurent la surveillance.

« Le risque le plus fort que nous ayons, c’est la voiture-bélier », assure Jérome Seguy, sous-préfet de Calvi. « C’est valable aussi sur les plages, où des 4x4 qui seront heureusement ralentis par le sable, peuvent arriver. Pour prévenir ce risque, des agents surveillent, postés sur des toits. »


Voiture-bélier

Trente gendarmes mobiles ont été affectés au festival mais c’est surtout sur les organisateurs que pèse la responsabilité de l’organisation. Interdiction de circulation, barrière, mise en place d’un véhicule de police municipale en protection et de chicane.

Les points de fouille ont été multipliés par trois.

Pierre Partini, ancien gendarme, est le monsieur sécurité du festival. Reconnu pour son expérience, il est chargé d’appliquer le plan rédigé par la Préfecture. Il coordonne l’ensemble des acteurs, des personnels non-habilités à être armés.
Calvi On The Rocks
Calvi On The Rocks

Dissuasion

« Ce qu’on cherche, c’est vraiment la dissuasion, montrer la force pour pas avoir à s’en servir » explique-t-il.
La sécurité a un coût pour le festival : 70 000€ minimum. Mais comme le confie un participant, l’état d’esprit n’est pas à l’inquiétude : « On n’y pense pas trop, on est là pour faire la fête et après on verra bien comment ça se passe. La sécurité est là, on leur fait confiance. »

Sur le même sujet

Fête de la musique : à Bastia, trois studios de répétitions mis à disposition de groupes amateurs

Les + Lus