Calvi : les guides touristiques entre crise et espoirs avant la saison estivale

L'activité de guide-conférencier est mise à mal par les restrictions sanitaires liées au Covid-19, depuis plus d'un an. A Calvi, un entrepreneur espère le retour d'une activité soutenue dès cet été.

L'activité de guide touristique d'Olivier Bianconi est mise à mal par la crise du Covid-19, depuis plus d'un an.
L'activité de guide touristique d'Olivier Bianconi est mise à mal par la crise du Covid-19, depuis plus d'un an. © FTV

Avec un tourisme quasi à l'arrêt et la fermeture des lieux culturels, le Covid-19 a aussi accentué la précarité des guides-conférenciers. A Calvi, l'un d'entre eux, a subi durement les effets de cette crise.

Depuis près de 16 ans, Olivier Bianconi dirige "Bianconi Scuperta" une des plus importantes entreprises de guides en Corse. Depuis un an, sa visibilité est réduite. Il en va de même pour la saison estivale qui se profile : "2021 devrait être une meilleure année. En tout cas à condition que l'on nous laisse travailler. On devait démarrer nos activités vers le 10 avril, on avait déjà un peu de monde de prévu. C'était pas non plus la cohue, mais c'était encourageant."

"Mais avec ce nouveau confinement, nous avons perdu un mois. On espère qu'à la mi-mai on pourra retrouver le chemin du patrimoine et les chemins environnementaux." Un vœu suspendu aux décisions du gouvernement, attendues dans les prochains jours.

L'activité d'Olivier dépendra, en partie, de ces prochaines mesures. D'autant plus qu'il emploie entre 5 à 10 personnes, selon les périodes, pour faire découvrir la Revellata et les autres incontournables de la micro-région.

Olivier Bianconi reste optimiste et espère qu'avec la levée des restrictions, le public sera au rendez-vous. Notamment pour découvrir les sites environnementaux de la Corse.

Une double peine

Le retour à une activité soutenue apparaît comme vital pour Olivier Bianconi. A côté de ses activités liées au tourisme, il a également ouvert un café-théâtre en 2014.

Le "Citadella da fà" a dû fermer ses portes depuis de nombreux mois. Une double peine pour l'entrepreneur : "On avait parfois du jazz, de la musique classique, du rock, du hard rock, du chant polyphonique. On avait une programmation musicale assez hétéroclite, avec des artistes amateurs et confirmés. Des artistes insulaires mais aussi des artistes continentaux, qu'on a fait venir."

Des conférences et des spectacles étaient aussi organisés. Le succès était au rendez-vous pour le petit établissement situé en plein centre-ville. Depuis l'entrée en vigueur des mesures sanitaires et la fermeture des lieux de culture : plus rien. 

"Il y a aussi le souci du personnel. Deux fois par an, nous avions pour habitude d'employer des saisonniers. A la fois pour le café-théâtre, mais aussi pour la compagnie de guides. Cette année, on n'a pas pu garantir des embauches à ce niveau-là", regrette-t-il avant de poursuivre : "On a dû réduire nos effectifs, comme beaucoup d'entreprises de Corse et du continent."

L'année 2020 accusait une perte d'1,5 milliards d'euros, selon l'Agence du tourisme de la Corse. Olivier Bianconi espère que le scénario de l'été dernier ne se reproduira pas cette année.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture culture régionale covid-19 santé société