La Communauté d'Agglomération de Bastia adopte la charte pour l'emploi local

© Capture d'écran streetview
© Capture d'écran streetview

Dans une délibération de juillet le bureau de la Communauté d'Agglomération de Bastia (CAB) s'engage pour la "corsisation" des emplois et signe la Charte pour l'emploi local initiée par l'Assemblée de Corse.
 

Par France 3 Corse ViaStella

En plein été, la décision est passée légèrement inaperçue. Elle a pourtant un important poids symbolique : à la majorité, la communauté d'Agglomération de Bastia (CAB) a décidé de recruter en priorité des Corses.
 

Qui peut être considéré comme "local" ?

 La Charte pour l'emploi local, ratifiée par 8 membres du bureau de la CAB (6 pour, 1 contre, 1 abstention) stipule que "les opportunités d’emploi, les offres de forma­tion et les potentialités de développement éco­nomique qui existent, doivent bénéficier priori­tairement à ceux qui possèdent leurs centres d’intérêts moraux et matériels en Corse : par exemple ceux qui sont nés en Corse ou qui y ont suivi leur scolarité , ceux qui vivent durablement en Corse ou qui y ont habité, mais qui ont été contraints de la quitter pour faire des études ou pour des raisons professionnelles ; ceux qui ont des attaches familiales ou qui sont propriétaires de biens immobiliers y compris en indivision."
La Préfecture de Corse, qui s'est déjà opposée à ce type d'engagements estimant la mesure discriminatoire, n'a pour l'instant pas réagi. La CAB précise qu'en l'absence de contestation dans les deux mois, cette délibération du 15 juillet est légale et peut être mise en place.



Signée par une cinquantaine d'entreprises

Dans un communiqué, le STC-CAB déclare "se réjoui[r] de cette décision majeure" et précise que le vote du président de la CAB, François Tatti, y était défavorable. Le syndicat estime que "la plus forte proportion [du] flux [de nouveaux arrivants en Corse] est celle d’individus ayant répondu à une offre d’emploi" et précise que " depuis sa création, en 1984, le STC a fait sienne la revendication de « corsisation des emplois » afin de permettre la survie du peuple corse sur sa terre, et pouvoir continuer à envisager une reconnaissance juridique dans un avenir proche."

Promesse de campagne des leaders nationalistes, la charte pour l'emploi local a été adoptée par l'Assemblée de Corse le 23 mai 2019 et signée par une cinquantaine d'entreprises.
 

Sur le même sujet

Les + Lus