• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Corse : qu'est-ce que la délégation de service public maritime ? 

La délégation de service public s'étend sur 15 mois, d'octobre 2019 à décembre 2020. / © Pascal Pochard-Casabianca / AFP
La délégation de service public s'étend sur 15 mois, d'octobre 2019 à décembre 2020. / © Pascal Pochard-Casabianca / AFP

La délégation de service public maritime court d’octobre 2019 à décembre 2020. L’office des transports finance des rotations entre Marseille et les cinq ports de l’île. Trois compagnies ont présenté leur candidature. Mais l’affaire a connu de nombreux rebondissements.

Par France 3 Corse ViaStella

La Corsica Linea est la seule autorisée à participer aux négociations utiles avec l'office des transports pour les lots de Propriano et Ajaccio. Mardi, le tribunal administratif de Bastia a rejeté la requête de la Méridionale qui contestait avoir été exclue du marché. 

Déjà au mois de novembre, ce même tribunal avait débouté la Corsica Ferries, écartée sur l'ensemble des lots au motif qu'un document numérique manquait au dossier. Les deux compagnies ont introduit un recours devant le Conseil d'État.

 
Corse : qu'est-ce que la délégation de service public maritime ? 
Intervenants - Laurent Ayache, Avocat de Corsica Ferries (10 décembre 2018) Equipe - Dominique Moret ; Sylvie Loigerot ; Frédéric Guichard.


La délégation de service public (DSP) transitoire court sur 15 mois, d'octobre 2019 au 31 décembre 2020. L'office des transports finance des rotations entre Marseille et les cinq ports insulaires. Pour les ports principaux d'Ajaccio et de Bastia, il y a un bateau tous les jours, dans les ports secondaires la fréquence est de trois bateaux par semaine. 


Prix des billets en baisse de 25 % 



Sept navires sont nécessaires au vu des horaires imposés par le cahier des charges : les départs sont entre 19 heures et 20 h 30, les arrivées entre 6 heures et 7 h 30. Pour l'essentiel, la DSP concerne le fret, le dispositif actuel ne finance que très peu de places pour les passagers.

 

 
Le mètre de remorque va passer de 40 à 35 euros, le prix du billet baisse de 25 %. La compensation que l'office des transports accepte de verser aux compagnies délégataires n'a pas été dévoilée, mais à titre de comparaison, entre septembre 2016 et octobre 2017, 78 millions d'euros ont été versés, soit en moyenne 11 millions d'euros par bateau. 

Le but de la continuité territoriale est d'effacer le handicap de l'insularité en mettant le kilomètre maritime au même coût que le kilomètre d'autoroute.



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Ajaccio : reconstitution de la bataille d'Austerlitz au Casone

Les + Lus