Journées internationales de Corte : dix délégations présentes pour "construire la paix"


Samedi ont été inaugurées les journées internationales de Corte. Cette année une thématique forte : « Construire la paix ». Une dizaine de délégations sont présentes. Parmi elles les indépendantistes catalans qui souhaitent organiser un nouveau référendum sur l'indépendance vis-à-vis de l'Espagne.
© Jacques Paul-Stefani/FTVIASTELLA
Concita arbore fièrement un ruban jaune autour du cou. Il est le symbole de la résistance catalane. Concita a participé au référendum pour l’indépendance et a connu les violences des policiers qui ont tenté d’empêcher la tenue du scrutin.

Aujourd’hui, un nouveau président a été élu, l’indépendantiste Quim Torra. Il est soutenu par Carles Puigdemont qui, lui, est toujours en exil.

« Nous avons la majorité absolue au Parlement, mais il faut encore être plus nombreux. On parle de mettre en œuvre la République que nous avons proclamée avec des actes de désobéissance civile. Et nous espérons pouvoir refaire un référendum d’indépendance, qui cette fois nous serait accordé », explique Concita Bosc, membre de l’association Corse Catalogne.

 
Journées internationales de Corte : dix délégations présentes pour "construire la paix"
 

« Des stratégies de construction de la paix »


Plus d’une dizaine de délégations indépendantistes sont présentes à Corte à l’occasion des journées internationales. Elles ont une problématique commune : la demande de reconnaissance du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

« On voit qu’en Europe, il y a des État centraux qui se recroquevillent sur des positions centralisatrices, jacobines, et qui nient le fait démocratique et qui nient des résultats électoraux. Ils essaient d’empêcher des processus démocratiques de se mettre en œuvre on l’a vu en Catalogne, on le voit en Corse. L’objectif de ces Ghjurnate internaziunale c’est de conforter cette solidarité qui existe depuis des années entre les différents peuples en lutte de par le monde et plus précisément dans l'Union européenne pour mettre en place des stratégies à l’échelle de l’Union européenne. Des stratégies de construction de la paix », soutient Esteban Saldana, porte-parole de Corsica Libera.

Samedi, les débats ont notamment été suivis par Jean-Guy Talamoni, Pierre Paoli ou Charles Pieri.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique catalogne