Coup de théâtre devant la cour d’assises d’Aix-en-Provence : le procès de l’assassinat de Jérémy Mattioni renvoyé

Après seulement trois jours d'audience la cour d'assises d'Aix-en-Provence a ordonné le renvoi du procès de deux hommes jugés pour un assassinat et des délits connexes perpétrés à Calvi en 2012. En cause : l'absence d'un des accusés, qui ne s'est pas présenté à l'audience, disant "avoir peur" 

La cour d'assises d'Aix-en-Provence
La cour d'assises d'Aix-en-Provence © France 3 Corse ViaStella/C.Giugliano

La cour a décidé de renvoyer le procès d’Anthony Barat et Pierre-Toussaint Gaffory, jugés depuis lundi.

Les deux hommes comparaissaient libres  sous contrôle judiciaire. Le premier est accusé d'avoir assassiné  le 7 décembre 2012, Jérémy Mattioni, alors âgé de 29 ans  connu pour des affaires de braquage.  Le crime s’était produit  sous les yeux de son fils de 11 ans, qui au moment des coups de feu s’était recroquevillé sous la boîte à gants de la voiture, et avait blessé par trois balles. Le  second accusé  est renvoyé pour association de malfaiteurs.

L'accusé principal, Anthony Barat, qui ne s'est pas présenté à l'audience ce matin, a fait savoir par l'intermédiaire de son avocat , qu'il ne viendrait plus car il avait peur. L'avocat général s'était associé à la demande de renvoi de la défense, refusant de recourir à la force publique pour faire comparaître Anthony Barat. Il n'a toutefois pas indiqué s'il diligentait une enquête pour mettre au jour d'éventuelles menaces contre l'accusé...

Quelques mois avant sa mort, Jeremy Mattioni avait obtenu une libération conditionnelle après avoir purgé une partie de sa peine pour un braquage. La veille de sa mort, il vait promis aux gendarmes de Calvi des renseignements sur un trafic d’armes.

Selon l’accusation, le mobile  de ce meurtre serait un différend avec ses anciens complices, Jean-Christophe Massiani et Anthony Barat.

Huit mois après les faits, le fils de la victime, âgé de 11 ans, seul témoin de la scène de crime, faisait des révélations au juge d’instruction.  Il disait avoir reconnu Jean-Christophe Massiani  (assassiné le 17 aout 2014)  et Anthony Barat. Le jeune homme, âgé de 20 ans aujourd’hui, devait témoigner jeudi devant la cour d’assises.

A l’ouverture du procès, Anthony Barat a affirmé ne rien à voir à faire avec ce meurtre.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société criminalité faits divers