Cour d'assises de Haute-Corse : Alain Seeli est condamné à 12 ans de réclusion criminelle

Le septuagénaire a été reconnu coupable de violences habituelles et viols sur son ex-épouse, durant plusieurs années. la cour a prononcé une peine supérieure de deux ans à la peine demandée par le ministère public. 

Alain Seeli a été condamné à 12 ans de prison devant les assises de Haute-Corse.
Alain Seeli a été condamné à 12 ans de prison devant les assises de Haute-Corse. © FTV

Le revirement de dernière minute opéré par Alain Seeli n'aura pas suffi à convaincre la cour. Le retraité de l'aéronautique, âgé de 70 ans, a été condamné à douze de prison devant les Assises de Haute-Corse.

Un calvaire de plus de 30 ans

Le premier jour du procès, le défilé des témoins à la barre, la lecture des procès-verbaux, avaient été accablants. Des viols, parfois avec toutes sortes d'objets, des coups, des étranglements... Durant plus de trente ans, c'était le quotidien de Nicole Griffault.

"Les dégâts sont énormes, énormissimes, même, je dirais, puisqu'elle a un suivi psychologique et psychiatrique extrêmement lourd, basé sur des antidépresseurs. C'est une lutte de tous les jours, à laquelle est confrontée cette dame", confie Emmanuel Maestrini, son avocat.

La description des sévices subis par la victime a choqué le public qui assistait au procès.
La description des sévices subis par la victime a choqué le public qui assistait au procès. © FTV

La description du calvaire de l'ex-épouse d'Alain Seeli, avait plongé la salle d'audience dans l'effroi. Tout autant que le témoignage de leur fils, Steeve. Par visioconférence, il raconte avoir été lui aussi battu par un père qui était autoritaire, voire despotique. Violent, agressif, et bien trop souvent ivre... 

La brutalité des viols

Les faits, Alain Seeli les avait reconnus, sans sourciller, devant les gendarmes et le juge d'instruction, le 14 septembre 2019. Il venait d'être interpellé par les gendarmes à son domicile, dans la région de Ghisonaccia, à la suite d'une tentative d'étranglement sur Nicole Griffault. Sa garde à vue avait débouché sur une incarcération à la prison de Borgo.

Et puis deux ans plus tard, ce 8 juin 2021, alors que la deuxième journée de procès vient de débuter au palais de justice de Bastia, le septuagénaire, qui encourt vingt ans de réclusion pour violences habituelles et viols, change de version. Et nie les faits. 

Alain Seeli, flouté, dans le box des accusés.
Alain Seeli, flouté, dans le box des accusés. © FTV

Autrefois, quand votre femme ne voulait pas, vous le faisiez quand même...

Alain Seeli

Pour lui, ce n'était pas des violences, mais des "altercations". Et les viols n'en étaient pas non plus. C'était des jeux, "des pratiques sexuelles débridées". Et il l'assure, sa compagne était consentante. Mais ses propos, à la barre, sont embrouillés, parfois contradictoires, et peu convaincants : "On avait deux facettes. Nous formions un couple quand nous étions invités chez des gens, mais dans l'intimité, il y avait la brutalité des viols.(...) Autrefois, quand votre femme ne voulait pas, vous le faisiez quand même."

Les justifications de l'accusé n'ont pas vraiment convaincu la cour. Alain Seeli a été condamné à 12 ans d'emprisonnement, soit deux ans de plus que ce qu'avait requis le ministère public.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
assises justice société