• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Élections à la chambre d’agriculture de Haute-Corse : le projet de la liste « Jeunes agriculteurs »

© Wilfried Redonnet / FTVIASTELLA
© Wilfried Redonnet / FTVIASTELLA

Dans quelques jours, les deux chambres d'agriculture vont être renouvelées. En Haute-Corse, trois listes sont en présence dont les Jeunes agriculteurs qui présentaient samedi leur programme en plaine orientale. Ils dénoncent notamment une inaction de la part des anciennes majorités. 

Par France 3 Corse ViaStella

En Haute-Corse, les candidats de la liste « Jeunes agriculteurs » dans le cadre du renouvellement de la chambre d’agriculture font un constat sans détour des anciennes majorités

« Au niveau du quotidien des agriculteurs rien n’a changé, on a régressé. Il n’y a pas eu de libération du foncier, il y a un énorme travail de foncier et le travail n’a pas été fait. Aujourd’hui, l’agriculture corse est dans l’ornière et il faut la sortir. Il y a un chemin : celui du travail, celui de l’innovation et de la réflexion rapide. Parce que la réflexion tue l’action, il ne faut pas encore attendre cinq ans pour réfléchir. Là ça fait cinq ans qu’on réfléchit et qu’on commande des études. Maintenant, il faut avancer », lance Jacques Filippi, éleveur de veaux bio, liste « Hé ora ». 

 
Élections à la chambre d’agriculture de Haute-Corse : le projet de la liste « Jeunes agriculteurs »
Intervenants - Jacques Filippi, Eleveur de veaux bio, liste "Hé ora" ; Cyril Caria, Agriculteur, tête de liste 'Hé ora" en Haute-Corse Equipe - Pierre Nicolas ; Wilfried Redonnet ; Joseph Ienco.

 

Centres de mise en valeur de la viande 


Que proposent alors les jeunes agriculteurs de la liste « Hè ora » ? Dans un premier temps : reproduire des centres de mise en valeur de la viande comme celui créé par Jacques Filippi. « J’ai réussi à vendre 100 % de ma production, c’est très important. Il n’y a pas besoin de chercher de nouveaux clients, on connaît les produits qu’on peut valoriser. Et puis au niveau du chiffre d’affaires, on s’aperçoit qu’on remonte très sensiblement le chiffre d’affaires. C’est un bon point », souligne Cyril Caria, agriculteur et tête de liste « Hé ora » en Haute-Corse.

Ce type de solution concrète permettrait peut-être, selon les deux colistiers, d’arrêter d’importer 95 % de la viande consommée sur l’île et de gagner enfin des parts de marché. 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Plaine orientale : un drone « intelligent » pour adapter le travail sur les exploitations agricoles 

Les + Lus