• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Des étudiants organisent les états généraux de la langue corse à Corte

© France 3
© France 3

Ce samedi 9 février, l’ associu Cusì organise les états généraux de la langue corse à l’Université de Corte. Les étudiants derrière cette association revendiquent un usage apolitique de la langue.
 

Par P.S.

Les états généraux de la langue corse auront lieu ce samedi 9 février. Derrière cet événement, deux étudiants : Jean-Philippe et surtout Brandon.

Ces étudiants débrouillards ont créé il y a peu l'association Cusì. Ils ont 20 et 23 ans, et rêvent de révolutionner en douceur l'usage de la langue corse.

Grâce aux réseaux sociaux, Brandon a acquis une certaine notoriété. Il fait figure de locuteur de référence pour des centaines d'abonnés, il a déjà écrit et dessiné deux livrets pédagogiques. Transmettre : une vocation née chez lui à l'adolescence.
Des étudiants organisent les états généraux de la langue corse à Corte
Intervenants - Brandon Andreani, porte-parole de l'associu Cusì // Jean-Philippe Mattei, président de l'associu Cusì // Guy Frullani, secrétaire de l'associu Cusì

Pour cette génération des années 2000, la langue n'est plus une question de syndicalisme ou de militantisme politique. Les jeunes parlent plus volontiers d'épanouissement que de co-officialité :

« Avec ces états généraux qui arrivent samedi le jeu c’est de montrer qu’il y a beaucoup d’associations, qui sont des associations apolitiques –Praticalingua qui fait un travail considérable ou Basta à parlà à Ajaccio. On a eu un riacquistu culturale pendant pas mal d’années et qui a servi quand même à faire revenir la langue corse sur le devant de la scène. Le drame c’est que la langue corse est revenue sur le devant de la scène mais en étant politique. C’est une revendication politique alors que ça ne doit pas l’être. Je pense que ce qui a tué la langue corse c’est justement cette politique », estime Jean-Philippe Mattei, président de l’association Cusì.

Les acteurs politiques sont invités et observerons quand même cette initiative.

Dans le programme annoncé, pas d'atelier sur le statut de la langue. Bastiais, Cap corsins ou Ajacciens, ils sont réunis autour d'une cause sociétale... 

« Ce qu’on cherche à faire c’est qu’on ne se dise plus que parler corse c’est être nationaliste. Que parler corse c’est de faire partie d’une mouvance, notamment »,  explique Guy Frullani, secrétaire de l’association Cusì.

Pour inciter les jeunes à se divertir en corse, l’association organise des événements comme The Voice ou Burger quizz en lingua nustrale... Un peu dans les traces du collectif parlemu corsu.

Le programme est disponible sur le Facebook de l'association :

 

 

Sur le même sujet

L'enseignement de la langue corse menacé par la réforme du bac ? 

Les + Lus

Les + Partagés