Depuis 9 mois, les pompiers de Haute-Corse n’ont plus de directeur

Caserne des pompiers de Bastia. / © Emilie Arraudeau // France 3
Caserne des pompiers de Bastia. / © Emilie Arraudeau // France 3

Les syndicats de pompiers de la Haute-Corse dénoncent des dysfonctionnements au sein du SIS, à commencer par l'absence de directeur depuis 9 mois.
 

Par P.S.

En moyenne, les pompiers de Bastia mènent 5000 interventions par an. Dans des conditions toujours plus difficiles, estiment les syndicats.

« Actuellement on rencontre de grandes difficultés au niveau du fonctionnement du SDIS 2B parce qu’on constate que depuis des années malgré des budgets en hausse on a une baisse des moyens sur le terrain, en particulier en potentiel humain. On dispose de moins en moins de personnels pour répondre aux missions qui nous sont demandées », estime Lucien Rossini, du STC pompiers



"De moins en moins de personnels"

L'inquiétude est d'autant plus grande que le service d'incendie et de secours de Haute Corse n'a plus de directeur. Charles Baldassari a quitté ses fonctions en décembre 2017. Neuf mois plus tard, il n'est toujours pas remplacé.

"Le directeur doit être là pour initier un projet d’établissement, pour s’assurer du bon fonctionnement de la marche administrative et opérationnelle de son établissement. Aujourd’hui son absence commence à se faire sentir grandement au sein de notre institution, déplore Fabrice Riolacci, de la CGT pompiers. Au-delà de ça nous risquons d’être soumis à une amende, faute de directeur sur une période donnée. Et payer des amendes je pense que c’est la plus mauvaise des solutions pour dépenser de l’argent public. »
Depuis 9 mois, les pompiers de Haute-Corse n’ont plus de directeur
Intervenants - Lucien Rossini, STC pompiers // Fabrice Riolacci, CGT pompiers // Guy Armanet, Président SIS 2B Equipe - Emilie Arraudeau // Stéphane Lapera

En guise d'amende, c'est un directeur imposé par l'Etat que le service devra payer s'il échoue trois fois à recruter. Mais on n'en est pas là, souligne le président du SIS 2B, Guy Armanet : « Pour la précédente réception des deux candidats nous n’avons pas trouvé la personne qui pourrait être directeur du SIS de Haute-Corse mais la démarche suit son cours, le préfet a fait un compte-rendu à l’inspection générale et nous rouvrons le poste à dater de septembre pour recevoir à nouveau des offres et essayer de finaliser la procédure de recrutement. »

Reste que les syndicats sont déjà sur le pied de guerre : la CGT  a interpellé jeudi sa gouvernance pour exiger des actes.

Le STC, majoritaire au SIS de Haute Corse, se réunit ce vendredi en assemblée générale.  La grève fait partie des options qui seront discutées.

 

Sur le même sujet

Trois hommes renvoyés aux assises pour l’assassinat d’Antoine Sollacaro

Les + Lus