• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Bastia : enquête ouverte pour identifier l’auteur d’une vidéo prise lors d'un procès

03/10/2018 - Une enquête a été ouverte pour identifier l’auteur d’une vidéo prise lors d'un procès devant le tribunal correctionnel de Bastia. / © Capture d'écran
03/10/2018 - Une enquête a été ouverte pour identifier l’auteur d’une vidéo prise lors d'un procès devant le tribunal correctionnel de Bastia. / © Capture d'écran

Le parquet de Bastia a ouvert une enquête préliminaire contre X après la captation et la publication sur Facebook d’une vidéo prise illégalement lors du procès de trois militants nationalistes, le 26 septembre. 
 

Par Henri Mariani, GB / France 3 Corse ViaStella

La scène a été filmée lors du procès de trois militants nationalistes, Jean-Marc Dominici, Stéphane Tomasini et Félix Benedetti, le 26 septembre dernier devant la cour d’appel de Bastia.

Les trois hommes comparaissaient pour avoir refusé leur inscription au Fijait, le fichier judiciaire des auteurs d’infractions terroristes.

Sur la vidéo d’une durée de 10 minutes publiée sur Facebook, on entend l’un des prévenus, à peine identifiable, indiquer aux magistrats de la cour qu’il souhaite s’exprimer en langue Corse.

S’ensuit alors une polémique entre le militant et l’un des juges, qui lui indique qu’il doit parler français pour être compris de tous.

Après un échange verbal entre les deux hommes, le militant nationaliste reprend finalement le fil de son discours en langue corse, toujours filmé et diffusé en direct à l’aide d’un téléphone portable sur Facebook.

Les magistrats et les policiers présents dans la salle d’audience n’ont pas remarqué que la déclaration du militant nationaliste était diffusée sur les réseaux sociaux ce qui est strictement interdit.

C’est seulement après le procès que les services d’enquête ont avisé la procureure de la république de Bastia Caroline Tharot. Qui a ouvert une enquête.

Les trois magistrats seront entendus jeudi. L’auteur des faits, s’il est identifié, encourt 4 500 euros d’amende et la confiscation du matériel ayant servi à commettre l’infraction.

La vidéo a fait l'objet de plus de 13.000 vues et a été partagée près de 200 fois.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Un personnel de la chambre d'agriculture de Corse-du-Sud soupçonné d'escroquerie

Les + Lus