Bastia : rencontre avec trois exposants du salon du chocolat

La neuvième édition du salon du Chocolat & des délices de Corse s'est tenue du 15 au 17 octobre, sur la place Saint-Nicolas, à Bastia. Un événement très attendu par les gourmands et une vitrine idéale pour les commerçants, au sortir de la crise sanitaire. Rencontre avec trois chocolatiers exposants.

La neuvième édition du Salon du Chocolat & des Délices de Corse s'est tenue du 15 au 17 octobre, sur la place Saint-Nicolas, à Bastia. Au total, ce sont près de 45.000 personnes qui ont fait le déplacement pour découvrir et goûter les chocolats, biscuits ou pâtisseries des exposants venus de toute la France et d'Europe. France 3 Corse ViaStella a rencontré trois chocolatiers exposants.

Stéphane Bronzino, gérant de SB Chocolatier (Saint-Etienne)

D'où venez-vous ?

Ma boutique est basée près de Saint-Etienne (Rhônes-Alpes), dans un tout petit village de 2000 habitants. Alors forcément les salons comme celui-ci, c'est toujours très intéressant, et c'est une belle occasion de nous faire connaître plus largement. Sur les trois jours du salon, on va vendre une partie de nos produits sur place, mais surtout on se fait connaître auprès de collectivités, de comités d'entreprise, qui peuvent faire appel à nous, plus tard. 

Depuis quand exposez-vous au salon du chocolat de Bastia ?

C'est la deuxième fois que nous exposons au salon du chocolat de Bastia. Notre première fois, c'était en 2019, et on serait volontiers revenus en 2020 si l'édition avait pu se tenir. Mais cette année, on est sur un très bon cru, on peut presque parler de millésime ! On a eu une très grosse affluence sur le salon, on est vraiment contents d'être ici.

Rocco, vendeur pour Mille et une chocolaterie (Marseille)

Depuis quand exposez-vous au Salon du chocolat de Bastia ?

C'est notre troisième participation. Notre première fois, c'était deux ans avant le Covid, en 2018. Paul Pierinelli [organisateur du salon, ndlr] nous avait rencontrés puis démarchés à la foire de Marseille. On est venus en Corse sur son invitation, et tout s'est super bien passé, donc on a tout de suite rempilé l'année qui a suivi, puis cette année, après la pause Covid.

Comment se passe la reprise post-crise sanitaire ?

Avec le Covid, c'est assez simple, on a dormi pendant un an et demi, et maintenant, on rattaque de plus belle. Nous n'avons pas de boutique à proprement parler, c'est un petit artisan qui prépare tous nos produits, et nous faisons le tour des marchés, des foires et des salons pour les vendre, donc la reprise de ce type d'événement c'est forcément une bonne nouvelle pour nous.

D'autant plus qu'ici tout se passe super bien. Déjà parce que la Corse, c'est magnifique et les gens sont sympathiques, et ensuite parce qu'on a énormément de monde. Les clients sont contents de nous, on a beaucoup de très bons retours, et à force de revenir on commence à accumuler de plus en plus de fidèles, donc c'est tout bénéfique.

Régis Esteban, gérant de la confiserie de la cité impériale (Ajaccio)

Qu'est-ce-que vous plaît dans le Salon du chocolat de Bastia ?

Je viens depuis le début, et c'est à chaque fois très professionnel, et organisé de façon très pointue. Ici, c'est une vraie rencontre entre les meilleurs chocolatiers du monde qui viennent nous rendre visite et les artisans corses, ce qui relève le niveau et nous créé du chalenge ! On a des gens qui sont des habitués de foires et qui ont des concepts très pointus qui cohabitent à côté de nous, qui nous adressons à une clientèle plus rurale, ou alors Ajaccienne, ou encore la diaspora corse et les touristes.

Ce ne sont pas le même type de produits, mais nous sommes très heureux de pouvoir exister au milieu de ce qui se fait le mieux. Et puis, ça nous flatte un peu. On se dit que si on peut résister face à ça, on peut tenir face à tout le reste ! Et puis les événements de ce type sont aussi, peut-être, des appuis pour pérenniser notre activité.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
salons économie