Des habitants du Nebbiu et de la Conca d'Oru inquiets de la fusion de communes

Intervenants : Michèle Giovannetti, habitante de Barbaggio; Claudy Olmeta, président de la Communauté de communes Nebbiu-Conca d'Oru; Jean-Pierre Leccia, ancien président de la Communauté de communes du Nebbiu ©France 3 Corse ViaStella

En janvier 2017, les communautés de communes du Nebbiu et de la Conca d'Oru ont fusionné. Le maire de Saint-Florent, Claudy Olmeta, est le président de la nouvelle intercommunalité. Il doit fixer le même taux d'imposition pour toutes les communes. De quoi inquiéter certains administrés.

Pour les gérants du snack, c'est l'heure de la pause. Et comme souvent ces derniers jours, on parle de la même chose: la future hausse des impôts locaux.

Une nouvelle qui inquiète tout le village de Barbaggio (Haute-Corse). Michèle Giovannetti paie environ 400 euros de taxe d'habitation. Désormais, ce sera beaucoup plus : "On ne sait pas en fin de compte. Parce que peut-être que la première année on va payer une somme et que l'année d'après, ce sera le double. On a voulu s'installer au village pour le faire vivre, mais la situation est vraiment difficile."

Même inquiétude à Patrimonio, Farinole ou Saint-Florent. La raison : la fusion des communautés de communes du Nebbiu et de la Conca d'Oru.

Taux de 5 %


En 2016, dans la première, le taux d'imposition était de 8,2%. Dans la seconde, il était d'à peine 1,2%, soit huit fois moins élevé. Désormais, tous devront être logés à la même enseigne.

"La loi nous fait obligation d'harmoniser nos impôts. Cela va se faire sur un lissage de 2 ans pour trouver une moyenne proportionnelle. Et aussi de faire en sorte que la communauté du bas devra à l'évidence payer un peu plus et celle du haut, verra ses impôts réduits", explique Claudy Olmeta, président de la Communauté de communes Nebbiu-Conca d'Oru.

Partout, un taux d'environ 5% devrait être appliqué. Du côté des 11 communes autour d'Oletta, c'est une baisse de moitié. Une bonne nouvelle.

Pour l'ancien président de la Communauté de communes du Nebbiu, Jean-Pierre Leccia, c'est la moindre des choses : "En face vous avez une communauté de communes qui pendant 4 ans n'a rien fait. Donc forcément elle n'est pas endettée, elle n'a rien fait ! Et forcément les impôts sont très bas parce que l'on ne voit pas pourquoi elle aurait levé des impôts importants pour ne rien faire. Donc un moment donné, il faudrait être conscient de tout cela."

Harmoniser les taux d'imposition, c'est une chose. Parvenir à harmoniser deux visions opposées de l'intercommunalité, c'en est une autre.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité