Lucciana - Core in Fronte dénonce un “projet démesuré”

Selon Core in Fronte, le projet à Lucciana (Haute-Corse) prévoit 40 000 m2 de constructions dont 28 000 m2 de surface de vente. / © FTVIASTELLA
Selon Core in Fronte, le projet à Lucciana (Haute-Corse) prévoit 40 000 m2 de constructions dont 28 000 m2 de surface de vente. / © FTVIASTELLA

Le parti nationaliste Core in Fronte a dénoncé samedi à Lucciana "un projet démesuré", selon un permis de construire déposé pour un ensemble commercial, comprenant hypermarché, boutiques et restaurants sur 28 000 m², dans cette commune au nord de Bastia.

Par France 3 Corse ViaStella

C'est sur le lieu d'implantation du projet que le parti indépendantiste Core in Fronte a rassemblé samedi ses sympathisants pour dénoncer le "Projet Kallisté".

Porté par la société Fanti Promotion, il prévoit l'implantation d'un "ensemble commercial moderne et multifonctionnel", comprenant près de 28 000 m² de surface de vente : un hypermarché, un drive, des moyennes surfaces, une cinquante de boutiques et plusieurs restaurants. De quoi affoler les petits commerçants alentours. 

Les militants nationalistes dénoncent "la démesure" du projet et son implantation. Car selon le permis de construire qu'ils se sont procurés, le projet serait édifié sur des terrains agricoles, situés en zone inondable.

"Au niveau du PLU de Lucciana, ces terres sont effectivement en zone urbaine industrielle, sauf que Lucciana avait jusqu'au mois de mars 2017 pour se mettre en conformité avec le Padduc (Plan d'Aménagement et de Développement Durable de la Corse, ndlr)", avance Paul-Félix Benedetti, chef de file de Core in Fronte.

"A partir du moment où il n'y a eu aucune mise en conformité, le Padduc étant opposable de manière supérieure, les terres sont des terres stratégiques agricoles et le terrain est inconstructible."

Intervenants - Paul-Félix Benedetti, Core in Fronte; Pierre-Joseph Santini, directeur du centre commercial Corsaire. Equipe - Maia Graziani, Marion Fiamma

Pour développer ce projet, l'entrepreneur bastiais Sylvain Fanti a fait appel à des conseillers en urbanisme commercial parisiens qui s'étonnent de voir porter l'affaire au grand jour. 

"Que les gens contestent, je trouve ça parfaitement légitime, encore faut-il avoir dans les mains les bons éléments", dénonce Bertrand Boullé, conseiller en urbanisme commercial.

"Je suis étonné qu'il puisse y avoir des personnes qui soient en possession d'un dossier ce qui est parfaitement illégal et qui puissent donner des avis sur un dossier qui n'a à l'heure actuelle donné lieu à aucune instruction des services de l'Etat", défend le conseiller en urbanisme commercial.

Des commerçants de Lucciana et des communes voisines se sont joints au mouvement pour dénoncer un projet "inquiétant". Ils comptent bien maintenir la pression et devraient se constituer en collectif dans les jours à venir.

Sur le même sujet

Déchets : des élus du Fium’orbu-Castellu refusent de recevoir plus de 43 000 tonnes par an 

Les + Lus