Cet article date de plus de 3 ans

Projet de centre commercial à Lucciana : la commission se réunit ce mardi

La Commission départementale d'aménagement commercial (Cdac) a débuté ce mardi à 9h30. Elle doit se prononcer sur un projet de centre commercial de 43 000 m2 à Lucciana.
 
© Emilie Arraudeau / Twitter
La Commission départementale d'aménagement commercial (Cdac) n’a pas encore rendu son avis que déjà, des voix se font entendre contre le projet de construction d’un ensemble commercial de 43 000m2, dont 27 594 de surface commerciale.

Vote à main levée

La Cdac réunie ce mardi matin doit, dans un premier temps, étudier le dossier papier, puis auditionner le porteur de projet Sylvain Fanti et enfin, voter à main levée pour ou contre le projet.
Onze membres désignés par le préfet de la Haute-Corse Gérard Gavory siègent à la commission : sept élus et quatre personnalités qualifiées.

Parmi les élus, les maires de Lucciana, Furiani et Bastia. Pierre Savelli, maire de Bastia, a d'ores et déjà fait savoir qu'il s'opposerait à ce projet.
Autres élus à siéger : François Tatti le président de la CAB et Anne-Marie Natali, présidente de l'intercommunalité Marana-Golu.

Un élu de la majorité de l'Assemblée de Corse et un de l'exécutif ont également droit de vote. Opposée au projet, la majorité territoriale est partie prenante du collectif Per a maestria di u nostru sviluppu, qui s’est constitué pour s’opposer au projet.

Lire le communiqué du Conseil exécutif de Corse relatif au projet d'ensemble commercial à Lucciana


Les services de l’Etat, via la Direction départementale des territoires et de la mer) devraient, eux aussi, rendre un avis défavorable.
Les porteurs de projet, Sylvain Fanti et son père attendent d'être auditionnés.
Les porteurs de projet, Sylvain Fanti et son père attendent d'être auditionnés.

Si la Cdac s’accorde contre le projet lors de sa réunion de mardi, le maire de Lucciana ne pourra pas délivrer le permis de construire indispensable à la construction du centre commercial. Le promoteur, pourra alors contester la décision et saisir la commission nationale d’aménagement commercial, dans un délai d’un mois. Et en dernier lieu devant la Cour d'appel Administrative.

En cas de recours, il faudra attendre plusieurs mois avant une décision définitive.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aménagement du territoire environnement société politique