Saint-Florent : fréquentation en hausse dans le plus grand port de plaisance de Corse

La saison 2018 semble florissante dans les ports de plaisance de l'île. Tandis que la fréquentation est à la hausse à Ajaccio et que Bonifacio affiche complet, à Saint-Florent,plus grand port de plaisance de Corse, les nuitées ont augmenté de 6% environ par rapport à l'année passée. 
© Maxppp
C'est la fin du mois d'août et la fréquentation commence à baisser dans le plus grand port de Corse. Pas question de se relâcher pour autant : les quelque 22 employés saisonniers sont toujours à pied d'œuvre.  

« Cette après-midi on va gérer tous les bateaux qui arrivent. On s'arrange pour trouver une place à ceux qui n’ont pas réservé à l’avance, les amarrer et tout ce qui va avec », explique Sébastien, pontonnier

« Tout ce qui va avec », c'est-à-dire les petits services mis à dispositions des plaisanciers. Et pour continuer à attirer une clientèle variée, le port de Saint-Florent mise sur son accueil de proximité.
 

Premier port de plaisance de France

« C'est très familial, même si on est en Corse, on se dit qu’il y aura beaucoup de monde, beaucoup de touristes, on retrouve un village, avec son âme », estime Brigitte, touriste française.

Une âme de village mais des infrastructures importantes : avec 960 anneaux disponibles, le port de plaisance de Saint-Florent est le premier de Corse. Les touristes y viennent d'ailleurs toujours plus nombreux chaque année. 
Saint-Florent : fréquentation en hausse dans le plus grand port de plaisance de Corse

"A la date d'aujourd'hui on comptabilise 13 000 nuitées, c'est relativement important, précise David Donnini, directeur du port de Saint-Florent. On est en  augmentation par rapport à l'année passée. On a aussi eu une augmentation sur grosses unités à partir du mois de juillet, qui a été supérieure à l’année passée. Et au mois d’août une fréquentation identique à l’année dernière."

Prochaine étape : attirer les très grosses unités, des bateaux de plus de 48 mètres de long.

Pour assurer ce service, un investissement conséquent sera nécessaire : un coffre d'amarrage coûte en effet près de 200 000 euros. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ports économie transports transports maritimes