Cet article date de plus de 3 ans

Bastia : au cimetière de l'Ondina, les malfaçons glissent sur le terrain judiciaire

En cette veille de la fête de la Toussaint, des travaux provisoires ont eu lieu pour rendre l'accès au cimetière de l'Ondina, en partie condamné après une série de malfaçons dans la réalisation du chantier livré en 2013.
 
Hervé Cheuzeville revient pour la première fois auprès de ses défunts. Cela fait trois mois qu'il n'a pas pu approcher les urnes de son oncle et de sa tante, situées dans la zone condamnée du colombarium de l'Ondina à Bastia.

"Pour des raisons de sécurité, l'accès avait été interdit; je suis impressionné par le travail qui a été fait, je trouve même que c'est peut-être mieux conçu que le précédent", explique-t-il.

D'autres ne décolèrent pas. C'est le cas de Pierre-Ange Morrazzani. La dépouille de son fils a dû être déplacée face aux risques de glissement de terrain. Il souhaite intenter une action en justice et créer un collectif de victimes. 

"Pourquoi ont-ils vendu, à moi et à d'autres, des concessions comme ça? J'ai quand même déplacé le corps de mon fils quatre fois et bien sûr qu'ils étaient au courant", dénonce-t-il.   

"Notre objectif c'est une action indemnitaire à l'encontre de la commune pour demander l'indemnisation du préjudice matériel et surtout l'indemnisation du préjudice moral" a précisé Me Peres, avocat de la famille Morazzani. L'ensemble des indemnités seraient alors reversées à des associations pour des personnes qui ont eu des enfants accidentés. 
 
Bastia : au cimetière de l'Ondina, les malfaçons glissent sur le terrain judiciaire

Des caveaux déplacés en urgence

Livré en 2013, le cimetière de l'Ondina sur les hauteurs de Bastia présente rapidement de petits désordres. En mars 2015, un glissement de terrain endommage un mur. La municipalité déplace en urgence trois caveaux et interdit l'accès à toute une zone, côté montagne.

Une première expertise judiciaire révèle que la qualité et la quantité de béton ainsi que le ferraillage des murs de soutènement et des dalles sont en cause.

Le 16 juillet, Pierre Savelli, le maire de Bastia, dépose plainte contre X pour escroquerie et mise en danger de la vie d’autrui. Il attend désormais les conclusions d'un nouveau rapport, qui devraient intervenir en novembre.

Le cimetière de l’Ondina était un projet phare de l’ancienne municipalité. 1200 concessions y sont réparties sur trois hectares.

En tout, les travaux (hors consolidation ultérieure) avaient coûté 9,5 millions d’euros hors taxes. Sur cette somme, c’est le chantier bétons et dalles de 6,7 millions d’euros qui est en cause.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
toussaint travaux publics économie