L'auteur présumé des menaces sur les enseignants de l'école de Casamozza interné en psychiatrie

Un rassemblement de parents d’élèves a eu lieu ce vendredi 22 décembre devant l’école primaire de Casamozza-Lucciana, en réaction à des menaces qui auraient été proférées par un parent d'élève. Interpellé, l'auteur présumé a été hospitalisé dans un établissement psychiatrique.

L'homme à l’origine des troubles qui ont agité l’école primaire de Casamozza-Lucciana à la veille des vacances scolaires a été appréhendé ce 22 décembre à l’issue de ces deux intrusions dans l'établissement.

"Une expertise psychiatrique a conduit à son hospitalisation à San Ornello", indique ce samedi 23 décembre le procureur de Bastia par intérim François Thevenot.

Le soutien du rectorat

Le recteur de l'académie de Corse Jean-Philippe Agresti a adressé ce même jour un message de soutien aux équipes de l'école : "Les menaces contre les enseignants sont inacceptables. J'apporte tout mon soutien aux personnels de l'école de Casamozza qui ont réagi avec sang-froid et professionnalisme. L'académie sera toujours aux côtés des équipes. Je me rendrai personnellement sur les lieux à la rentrée."

Le rectorat ajoute que les agents menacés bénéficieront de la protection fonctionnelle de l'administration. 

L'académie assure aussi travailler avec la préfecture afin d'assurer "la protection et la parfaite sécurité de l'école" pour la rentrée de janvier.

Des parents inquiets

Un rassemblement de parents d’élèves a eu lieu ce vendredi en fin d’après-midi devant l’école primaire de Casamozza-Lucciana, en réaction à des menaces qui auraient été proférées par le père d’une élève de l’établissement à l’encontre de membres de la communauté éducative.

Selon le syndicat SNUIPP-FSU de la Haute-Corse, ces menaces auraient été réitérées par deux fois devant de nombreux témoins, hier jeudi ainsi que dans la matinée de vendredi, lors de deux intrusions de ce père d’élève à l’intérieur de l’enceinte de l’établissement.

"Ce père a signifié, par la menace et lors de véritables agressions verbales envers au moins un enseignant, son refus catégorique de voir sa fille participer à des festivités liées à Noël", précise Fabien Mineo, le secrétaire SNUIPP-FSU pour la Haute-Corse.

Du côté des parents, l'inquiétude prédomine. "Nos enfants ont peur de rentrer à l'école en janvier. Ils ne se sentent plus en sécurité à l'école, confie une mère de famille. Moi en tant que maman, ce matin, j'ai dit à mon fils, tu ne risques rien au sein de l'école et en réalité je lui ai menti, puisque cette personne est rentrée dans la cour de récréation et est venue taper à la vitre d'une classe. Donc oui, il risquait quelque chose."

Droit de retrait

"L’intrusion répétée, ainsi que ce comportement agressif, ont causé un trouble important chez certains élèves ainsi que chez les enseignants. C’est un cas de figure qui nécessite que puisse se mettre en place le droit de retrait des enseignants. Il n’est pas acceptable que cette personne ait pu s’introduire ainsi dans l’école. Ses propos sont également inacceptables", conclut le syndicaliste.

Festivités de Noël

Selon nos informations, l’élève dont le père refuse qu’elle soit associée aux festivités de Noël ne s’était pas présentée à l’école depuis trois jours. Elle était absente lors des faits décrits par le syndicat. Faits relayés par de nombreux parents d’élèves via les réseaux sociaux.

Avec 163 enfants inscrits, l’école primaire de Casamozza-Lucciana est l’un des quatre établissements primaires que compte la commune de Lucciana.

La directrice de l'établissement a annoncé avoir porté plainte, hier, auprès de la gendarmerie.

Le reportage de Solange Graziani et Christian Giugliano :

durée de la vidéo : 00h01mn36s
Intervenants : Christelle Sarti, Parente d'élève ; Fabien Mineo, Secrétaire départemental du SNUipp-FSU en Haute-Corse. ©S. GRAZIANI - C. GIUGLIANO / FTV