#InCasa : Que lire, que regarder pendant le confinement ? Les conseils de nos invités très spéciaux (Episode 10)

Chaque jour, des auteurs, corses, continentaux ou internationaux, des acteurs culturels, et des anonymes, concoctent un conseil pour nos internautes. Aujourd'hui. Miguel Bonnefoy, finaliste du prix Goncourt du premier roman en 2015, nous explique pourquoi il devrait être illégal de s'ennuyer !
Miguel Bonnefoy vante les mérites de l'"indémodable" Stefan Zweig
Miguel Bonnefoy vante les mérites de l'"indémodable" Stefan Zweig © Frédéric Stucin

Le conseil de Miguel Bonnefoy :


"Je pense au Pays de la Cannelle de William Ospina, écrivain colombien, qui raconte une des histoires les plus douloureuses, les plus fascinantes et les plus flamboyantes de la Conquête de l’Amérique Latine.
Les frères Pizarro, décidant de poursuivre une fable, cherchant désespérément dans tout le nouveau continent les traces d’une forêt composée uniquement d’arbres de cannelle, qui traversent la folie des hommes et les traditions ancestrales d’une culture qu’ils ignorent.

 
Le Pays de la Cannelle, de WIlliam Ospina, l'un des conseils de Miguel Bonnefoy, dans son édition colombienne
Le Pays de la Cannelle, de WIlliam Ospina, l'un des conseils de Miguel Bonnefoy, dans son édition colombienne © DR

Je pense aussi au Balzac de Stefan Zweig, indémodable, que je relis en ce moment, et qui prouve encore une fois sa supériorité narrative et sa finesse psychologique.
L’homme est au centre de son oeuvre, et tout ici est corpulence, épaisseur, puissance, imagination.

 

il faudrait un jour qu’on soit obligé de signer une “attestation d’ennui“ ! - Miguel Bonnefoy


Je pense aussi à des contemporains, à Florent Oiseau et ses Magnolias (intelligent, pétillant, drôle), à Alexandre Postel et son Automne avec Flaubert, à Guillaume Sire et son délicieux Avant que la flamme rouge, à Stephanie Hochet et son merveilleux Pacifique.
 
Stefan Zweig, debout, posant avec son frère, Alfred, à Vienne, aux environs de l'année 1900
Stefan Zweig, debout, posant avec son frère, Alfred, à Vienne, aux environs de l'année 1900 © dr

Avec cette courte liste, plus celle des autres artistes, je pense qu’il devrait être interdit de s’ennuyer.
Ça devrait même être illégal.

Je pense même qu’il faudrait un jour qu’on soit obligé de signer une “attestation d’ennui“ pour en donner les raisons précises, tant cela semble inconcevable."

Miguel


 
Miguel Bonnefoy avec son attachée de presse chez Rivages, à Bastia, en 2017
Miguel Bonnefoy avec son attachée de presse chez Rivages, à Bastia, en 2017 © Bénédicte Giusti


Miguel Bonnefoy, la bio :
Miguel Bonnefoy est né en France, de père chilien et de mère vénézuélienne. C’est en 2015, lors de la publication de son premier roman, Le Voyage d’Octavio, qu’il se révèle au public français. Au point d’être l’un des finalistes du Goncourt du Premier roman.
En suivant le parcours d’Octavio, un analphabète vénézuélien, cambrioleur la nuit et élève le jour, Bonnefoy nous entraine dans les recoins d’un Venezuela souvent trop méconnu.

Il nous fait voyager à travers les forêts de palétuviers et les torrents incontrôlables, à la rencontre de personnages plus atypiques les uns que les autres.
Son dernier roman s’intitule Sucre Noir. Un roman d’aventures, épique et foisonnant, qui nous plonge dans le quotidien d’un petit village de la Caraïbe, peuplé de pirates. Agé d'une trentaine d'années à peine, Bonnefoy n'a pas tardé à confirmé tous les espoirs placés en lui.

 

► Retrouvez la biliothèque du confinement
conseillée par les invités de France 3 Corse :


- RINATU FRASSATI
nous parle de 
la filmographie de Baz Lurhmann
 
Le réalisateur de Les Exilés et de Beatrice nous conseille de plonger dans l'oeuvre du réalisateur australien Baz Lurhmann
Le réalisateur de Les Exilés et de Beatrice nous conseille de plonger dans l'oeuvre du réalisateur australien Baz Lurhmann © Laurent Depaepe
 

- MICHELE CORROTTI 
nous parle de
Mèmed le Faucon de Yachar Kemal
 
Michèle Corotti, devant notre caméra pour l'ouverture du festival Arte Mare en 2018
Michèle Corotti, devant notre caméra pour l'ouverture du festival Arte Mare en 2018 © Novellart - 2B
 

- HERVE LE CORRE
nous parle de plein de choses !
 
Hervé Le Corre conseille le formidable Gang de la clef à molette d'Edward Abbey, mais pas seulement !
Hervé Le Corre conseille le formidable Gang de la clef à molette d'Edward Abbey, mais pas seulement ! © Philippe Matsas/Leemage/Editions Payot Rivages
 

- PATRIZIA GATTACECA 
nous parle de
U Balcone de Ghjacumu Thiers
 
Patrizia Gattaceca a choisi Un Balcone, de Ghjacumu Thiers
Patrizia Gattaceca a choisi Un Balcone, de Ghjacumu Thiers © DR
 

- JULIEN BLANC-GRAS 
nous parle de 
L'Homme Dé de Luke Rhinehart
 
Julien Blanc-Gras a choisi l'Homme-dé, l'un des romans les plus troublants, revigorants et fascinants XXème siècle
Julien Blanc-Gras a choisi l'Homme-dé, l'un des romans les plus troublants, revigorants et fascinants XXème siècle © Raphaël Poletti
 
 
- LAURENT CHALUMEAU
nous parle de 
Le maître de Ballantrae de Robert Louis Stevenson
 
Pour Laurent Chalumeau, un seul mot d'ordre, "vive le hasard. Et de la nécessité faisons donc une vertu. Lisons donc certains livres qu’autrement nous n’aurions jamais lus.
Ceux qu’on a. Ceux qui sont là."
Pour Laurent Chalumeau, un seul mot d'ordre, "vive le hasard. Et de la nécessité faisons donc une vertu. Lisons donc certains livres qu’autrement nous n’aurions jamais lus. Ceux qu’on a. Ceux qui sont là." © Raphaël Poletti
 

- JACKY SCHWARTZMANN
nous parle de 
Chernobyl et Vinyl sur HBO
 
Les choix de séries de Jacky Schwartzmann sont à l'image de ses livres : d'un humour noir féroce et revigorant
Les choix de séries de Jacky Schwartzmann sont à l'image de ses livres : d'un humour noir féroce et revigorant © Hermance Triay
 

- FRANCOIS MEDELINE
nous parle de 
Le seigneur des porcheries de Tristan Egolf
 
C'est François Médéline qui s'est essayé à l'exercice de critique littéraire en temps de crise, avec son style inimitable !
C'est François Médéline qui s'est essayé à l'exercice de critique littéraire en temps de crise, avec son style inimitable ! © xhacquard_et_vloison
 

- PHILIPPE JAENADA
nous parle de 
Jacques le Fataliste de Diderot
 
Philippe Jaenada, prix Femina 2017, a choisi Jacques le Fataliste de Diderot
Philippe Jaenada, prix Femina 2017, a choisi Jacques le Fataliste de Diderot © Raphaël Poletti
 
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société culture confinement : envie d'évasion