#InCasa : Que lire, que regarder pendant le confinement ? Les conseils de nos invités très spéciaux (Episode 16)

Chaque jour, des auteurs, corses, continentaux ou internationaux et des acteurs culturels concoctent un conseil pour nos internautes. Aujourd'hui, le comédien Daniel Delorme nous vante les mérites du Comte de Monte-Cristo, en livre ou sur un écran de télévision !

Daniel Delorme, comédien et grand amateur d'Alexandre Dumas
Daniel Delorme, comédien et grand amateur d'Alexandre Dumas © DR
En ces temps de disette, comme disait ma grand-mère experte en confinement restreint dans les années quarante, je me sens finalement aussi à l'aise dans cette contrainte claustrophobique qu'un poisson dans l'dos d'un premier avril.

Chez beaucoup de co-confinés, la seule pensée d'être contaminé par l'infâme couronne microscopique a déclenché comme premier symptôme l'envie d'écrire, avec plus ou moins de bonheur, un journal quotidien d'embastillé sanitaire.
Moi je me contente de graver d'un simple trait vertical sur le mur de ma cellule avec un clou rouillé chaque jour enfermé, tel Edmond Dantès, en me laissant pousser la barbe et les cheveux comme Didier Raoult.

En me laissant pousser la barbe et les cheveux comme Didier Raoult

De là à relire Le Comte de Monte-Cristo il n'y avait qu'un pas de distance sociale que j'ai franchi allègrement.
Je vous invite à en faire autant.

 
Portrait d'Alexandre Dumas par le photographe Nadar
Portrait d'Alexandre Dumas par le photographe Nadar © DP

 

Quel plaisir les amis, quel plaisir !
Mille huit-cent pages d'un bonheur dont on a hâte qu'il ne finisse pas . 
Il n'y a pas de contre-indication à la bi-thérapie : Vous pouvez vous inoculer en traitement complémentaire une des trente-six versions filmées.

1800 pages de bonheur

Je ne sais pas si la version de 1943 de Robert Vernay avec Pierre-Richard Willim en deux époques est la meilleure mais c'est celle qui a imprimé ma rétine quasi neuve en ce temps là ainsi que ce qu'il y avait derrière. 
Pour ceux qui veulent du lourd, du concret, de l'exhaustif, il y a la version longue comme un cigare de Josée Dayan, quatre fois cent minutes !

 
Gérard Depardieu et Jean Rochefort dans Le Comte de Monte-Cristo, mini-série réalisée par Josée Dayan en 1998
Gérard Depardieu et Jean Rochefort dans Le Comte de Monte-Cristo, mini-série réalisée par Josée Dayan en 1998 © DR

Avec Gégé Depardieu, la sublisexime Ornella Muti, Arditi, Rochefort, et même Georges Moustaki dans le rôle de l'abbé Faria...
Une distribution d'enfer pour une saison au paradis du téléfilm... 


Daniel


 
Daniel Delorme, la bio :
Comédien de théâtre, acteur au cinéma, auteur et interprète du seul-en-scène Les monologues du Brocciu, peintre...
Daniel Delorme est un artiste complet, un touche-à-tout enthousiaste qui est devenu un visage incontournable de la scène culturelle insulaire.


 

► Retrouvez la biliothèque du confinement
conseillée par les ivités de France 3 Corse :

- JEREMY FEL 
nous parle de 
Plein de choses, comme Hervé Le Corre
 
Jérémy Fel, dont Les loups à leur porte et Helena ont terrifié et enchanté leurs lecteurs, vous propose une sélection de son cru
Jérémy Fel, dont Les loups à leur porte et Helena ont terrifié et enchanté leurs lecteurs, vous propose une sélection de son cru © Alexandre Isard
 

- FRANCESCU ARTILY
nous parle de
Le Llano en flammes de Juan Rulfo
 
Francescu Artily nous dit tout le bien qu'il pense de Le llano en flammes, de Juan Rulfo
Francescu Artily nous dit tout le bien qu'il pense de Le llano en flammes, de Juan Rulfo © Anne-Marie NAM
 

LORY MASSEY 
nous parle de 
Le Lion de Jospeh Kessel
 
La libraire bastiaise a choisi Le Lion, de Joseph Kessel, aux éditions Gallimard
La libraire bastiaise a choisi Le Lion, de Joseph Kessel, aux éditions Gallimard © Sébastien Bonifay
 

- MARC BIANCARELLI 
nous parle de 
La Route de Cormac McCarthy
 
Marc Biancarelli a choisi La Route, de Cormac McCarthy, aux éditions de l'Olivier
Marc Biancarelli a choisi La Route, de Cormac McCarthy, aux éditions de l'Olivier © Marc Biancarelli, le maverick des lettres corses, image Jean-François Celli
 
 
- PHILIPPE JAENADA
nous parle de 
Jacques le Fataliste de Diderot
 
Philippe Jaenada, prix Femina 2017, a choisi Jacques le Fataliste de Diderot
Philippe Jaenada, prix Femina 2017, a choisi Jacques le Fataliste de Diderot © Raphaël Poletti
 
 
- RINATU FRASSATI
nous parle de
la filmographie de Baz Lurhmann
 
Le réalisateur de Les Exilés et de Beatrice nous conseille de plonger dans l'oeuvre du réalisateur australien Baz Lurhmann
Le réalisateur de Les Exilés et de Beatrice nous conseille de plonger dans l'oeuvre du réalisateur australien Baz Lurhmann © Laurent Depaepe
 
 
- MICHELE CORROTTI
nous parle de
Mèmed le Faucon, de Yachar Kemal
 
Michèle Corotti, devant notre caméra pour l'ouverture du festival Arte Mare en 2018
Michèle Corotti, devant notre caméra pour l'ouverture du festival Arte Mare en 2018 © Novellart - 2B
 
 
- HERVE LE CORRE
nous parle de tout un tas de choses !
 
Hervé Le Corre conseille le formidable Gang de la clef à molette d'Edward Abbey, mais pas seulement !
Hervé Le Corre conseille le formidable Gang de la clef à molette d'Edward Abbey, mais pas seulement ! © Philippe Matsas/Leemage/Editions Payot Rivages
 
 
- JULIEN BLANC-GRAS 
nous parle de 
L'Homme Dé de Luke Rhinehart
 
Julien Blanc-Gras a choisi l'Homme-dé, l'un des romans les plus troublants, revigorants et fascinants XXème siècle
Julien Blanc-Gras a choisi l'Homme-dé, l'un des romans les plus troublants, revigorants et fascinants XXème siècle © Raphaël Poletti
 

- LAURENT CHALUMEAU
nous parle de 
Le maître de Ballantrae de Robert-Louis Stevenson
 
Pour Laurent Chalumeau, un seul mot d'ordre, "vive le hasard. Et de la nécessité faisons donc une vertu. Lisons donc certains livres qu’autrement nous n’aurions jamais lus.
Ceux qu’on a. Ceux qui sont là."
Pour Laurent Chalumeau, un seul mot d'ordre, "vive le hasard. Et de la nécessité faisons donc une vertu. Lisons donc certains livres qu’autrement nous n’aurions jamais lus. Ceux qu’on a. Ceux qui sont là." © Raphaël Poletti
   

- FRANCOIS MEDELINE
nous parle de 
Le seigneur des porcheries de Tristan Egolf
 
C'est François Médéline qui s'est essayé à l'exercice de critique littéraire en temps de crise, avec son style inimitable !
C'est François Médéline qui s'est essayé à l'exercice de critique littéraire en temps de crise, avec son style inimitable ! © xhacquard_et_vloison
 

 
Avoir le temps, pour une fois...
Avoir le temps, pour une fois...
La phrase que les libraires, les bibliothécaires et les écrivains entendent le plus souvent, c'est "J'adore lire, mais j'ai jamais le temps !". 
Maintenant, et pour quelques jours au moins, nous l'avons. 
Vous êtes chez vous, et vous avez regardé mille fois tous les épisodes de Friends. 
Que l'on soit grand lecteur, lecteur occasionnel, ou pas du tout lecteur, c'est le moment où jamais de tenter des choses, de sortir de sa zone de confort, de prendre le temps de regarder des films, d'écouter des disques, de lire des livres, ceux qu'on laisse de côté, qu'on garde pour plus tard sans jamais y aller, ou dont on est persuadés qu'ils ne sont pas pour nous. 
Avoir le temps de lire, pour une fois.
Le risque, c'est celui d'avoir perdu quelques heures qui, de toute manière, ne vous manquent pas, si par malheur ça ne vous plaît pas.
Le pari, c'est de passer quelques heures formidables qui vous divertiront, vous ferons rire, bousculeront vos certitudes, vous ferons faire un pas de côté, et voir les choses un peu autrement. 
Ca vaut le coup d'essayer. 
On a demandé à des écrivains, des libraires, des artistes, des bibliothécaires de choisir un livre pour les Corses confinés chez eux, et de nous dire, en quelques mots, pourquoi ce choix. 
Et tous ont répondu favorablement. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus : envie d'évasion santé société culture
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter