• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Interpellations en Corse dans l'enquête sur des attaques de casernes de gendarmerie

En décembre 2013, un tir de roquette a touché la facade aux vitres blindées du groupement de gendarmerie de Bastia / © Maxppp
En décembre 2013, un tir de roquette a touché la facade aux vitres blindées du groupement de gendarmerie de Bastia / © Maxppp

Une dizaine de militants nationalistes ont été interpellés dans la matinée du lundi 6 octobre. Ils sont soupçonnées d'avoir participé à l'attaque à la roquette de la caserne de gendarmerie d'Ajaccio et de Bastia. 

Par Pierre-Olivier Casabianca

Deux avocats ajacciens,  figureraient parmi les personnes interpellées, dont le bâtonnier d'Ajaccio, Maître Doumé Ferrari. Des armes ont été retrouvées en début d'année dans un box appartenant à sa soeur.

Les interpellations ont été menées par la section de recherche (SR) de la gendarmerie et les policiers de la Sous direction anti-terroriste (SDAT).

Rappel des faits

Le 5 décembre vers 20h, deux des plus importantes casernes de gendarmerie de Corse ont été attaquées à la roquette à Ajaccio et Bastia, sans faire de blessés.

A Bastia, l'ogive à tête inerte est allée frapper la façade aux vitres blindées du groupement de gendarmerie, juste au dessus du mur d'enceinte, sans toutefois parvenir à percer le blindage. Des gendarmes travaillaient à l'étage en dessous, ils n'ont pas été blessés.

Au même moment, dans le quartier du Loretto à Ajaccio où se trouve la caserne Battesti abritant la gendarmerie, une roquette a endommagé un véhicule tout près du bâtiment abritant les familles. Là aussi aucun blessé n'était à déplorer.

A lire aussi

Sur le même sujet

Entretien avec François Charles, président de l'association l'Arcu

Les + Lus