Justice : 8 à 9 ans de prison requis contre Jacques Mariani pour extorsions de fonds et association de malfaiteurs

Publié le
Écrit par France 3 Corse ViaStella

Dans le procès visant Jacques Mariani et 7 autres prévenus pour extorsions de fonds, qui se déroule depuis le 6 décembre devant la chambre correctionnelle de Marseille, le procureur a requis de 8 à 9 ans de prison à l'encontre de celui présenté comme le principal héritier du gang de la Brise de mer.

Huitième jour du procès pour extorsions, tentatives d'extorsions, complicité d'extorsions et associations de malfaiteurs, dans lequel comparaît Jacques Mariani et sept autres prévenus, ce lundi 13 décembre. 

Dans cette affaire, huit personnes comparaissent pour des faits remontant à 2017, au préjudice, selon l'enquête, de plusieurs entrepreneurs des régions bastiaise et porto-vecchiaise. Un dossier ouvert par la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Marseille suite à une enquête pour trafic de stupéfiants visant Christophe Guazzelli, autre héritier d'un membre éminent de la Brise de mer et actuellement incarcéré pour un double assassinat à l'aéroport de Bastia. 

"Vous avez à juger l'Omerta, le silence lourd sur une société insulaire qui a vraisemblablement mal à son banditisme"

Les réquisitions sont tombées en début d'après-midi : de 8 à 9 ans de prison contre Jacques Mariani, présenté comme le chef d'orchestre de cette série d'extorsions, 6 à 7 ans contre Barthélemy Simonetti, décrit comme le lieutenant de ce dernier.

Pour Antoine Maestracci, son beau-frère, un an de prison dont une partie de sursis, et 30 mois pour Pascale Mariani, sa soeur. La procureure a également requis un an de prison dont une partie de sursis pour Jérôme Toussaint, ex-repenti et ex-conseiller "commercial" de Jacques Mariani ; 2 à 3 ans pour Christophe Andreani, déjà fiché au grand banditisme ; 3 ans de prison dont une partie avec sursis pour Bruno Bosi ; et 2 ans de sursis pour Luccini. 

"Vous avez à juger l'Omerta, le silence lourd sur une société insulaire qui a vraisemblablement mal à son banditisme. Vous avez à juger un Jacques Mariani bien seul face à son héritage. Tout cela ressemble à une fin de règne dans laquelle Jacques Mariani entraîne avec lui dans sa chute ses fidèles et ses obligés", a conclu la procureure. 

Le procès est prévu pour durer jusqu'au 15 décembre.