Justice : accusé de favoritisme, François Alfonsi relaxé par le tribunal correctionnel de Bastia

Ce mercredi 13 décembre, le tribunal correctionnel de Bastia a relaxé François Alfonsi poursuivi pour favoritisme. Il était reproché à l’ancien maire d’Osani des irrégularités dans l’attribution d’un marché public réalisé en 2017.

Le tribunal correctionnel de Bastia a relaxé François Alfonsi des faits de favoritisme qui lui étaient reprochés. Ainsi, il était reproché au député européen, alors maire d’Osani, des irrégularités dans l’attribution d’un marché public, la construction d’un navire devant relier Girolata à Porto, réalisé en 2017 par la commune.

Deux entreprises répondent à l’appel d’offres. L’une d’entre elles est retenue par François Alfonsi. Selon lui, elle est conforme aux attentes techniques et financières de la commune tandis que la seconde offre est deux fois plus chère et dépasse largement les 400.000 euros budgétisés par la commune pour l’achat de ce bateau.

6 mois de prison avec sursis requis

Lors du procès en première instance, François Alfonsi indiquait ne pas comprendre ce que lui reprochait le ministère public. L’entreprise écartée n’avait pas contesté le résultat de l’appel d’offres. « On me reproche d’avoir choisi le moins-disant dans un dossier qui était très nettement moins-disant et conforme au budget de la commune. Je ne comprends pas la nature de ce reproche. La fonction d’un maire, c’est par définition de choisir dans l’intérêt du public et de remplir le service qu’il attend de la prestation qu’il a commandée », avait-il déclaré au micro de France 3 Corse ViaStella.

Dans cette affaire, la procureure avait réclamé 6 mois de prison avec sursis à l’encontre du député européen assorti d’une amende de 10.000 euros et d’un an inéligibilité. Elle reprochait notamment une analyse des offres trop succincte et une offre anormalement basse aurait dû interroger le maire d’Osani.

La défense avait quant à elle plaidé la relaxe. Elle dénonçait un dossier « vide et ubuesque » qui « n’a ni queue ni tête » et dans lequel aucune infraction n’a été commise.