Cet article date de plus de 7 ans

Les taxis ajacciens jugent inefficaces le délai de réservation des VTC

Les voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) doivent respecter depuis le 1er janvier un délai de 15 minutes entre la réservation et la prise en charge du client, selon un décret paru au Journal Officiel. Une mesure aussi inefficace que peu adaptée en Corse dénoncent les taxis ajacciens.
Sans enseigne lumineuse, les VTC peuvent être réservés pour une course mais n'ont pas le droit de prendre des passagers "à la volée"
Sans enseigne lumineuse, les VTC peuvent être réservés pour une course mais n'ont pas le droit de prendre des passagers "à la volée" © FTVIASTELLA
"Ce délai permet de mieux distinguer l'activité de ces véhicules de celle des taxis, seuls habilités à circuler en quête de clients sur la voie publique", fait valoir le décret paru au Journal Officiel la semaine dernière, malgré des critiques de l'Autorité de la Concurrence.

"C’est un écran de fumée de la part du gouvernement pour calmer le lobby des taxis qui est très puissant", a indiqué Mikael Pellegrini, chauffeur de voiture de tourisme à Ajaccio. "Je ne pense pas que ce délai d’1/4 heure puisse être contrôlé" a-t-il ajouté.

Sans enseigne lumineuse, les VTC peuvent être réservés pour une course mais n'ont en théorie aucun cas le droit de prendre des passagers "à la volée" dans la rue, prérogative qui relève toujours du monopole des taxis.

"Dans une ville comme Ajaccio si cela n’a pas une incidence très importante, il nous parait bien plus judicieux que soit appliqué demain un examen pour devenir Chauffeur de véhicule de tourisme", a expliqué Yves Risterucci, chauffeur de taxi.
durée de la vidéo: 01 min 49
Taxi vs VTC: un délai de 15' inefficace en Corse

Le texte prévoit deux exceptions à l’application de ce délai de prise en charge: "les prestations de transport de VTC réservées par des exploitants d'hôtels 4 et 5 étoiles au départ de leur établissement" ou pour les organisateurs de salons professionnels.

L'Autorité de la Concurrence avait critiqué le décret en préparation, en soulignant notamment que les radio-taxis fonctionnent eux aussi sur réservation.

Les sociétés de VTC ont fait part de leur intention d'attaquer "dès janvier" le décret, défendu par les sociétés de taxis.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie