Cet article date de plus de 3 ans

Macron évoque des "évolutions possibles" pour la Corse, mais sans modifier la Constitution

Emmanuel Macron a évoqué l’avenir de la Corse dans un entretien donné au quotidien espagnol El Mundo. Le président de la République envisage de "possibles évolutions" en Corse, suite aux élections territoriales qui ont donné la majorité absolue aux élus autonomistes et indépendantistes.
ILLUSTRATION / Emmanuel Macron a annoncé, ce soir, au moins quinze jours de mesures proches du confinement pour faire face au coronavirus
ILLUSTRATION / Emmanuel Macron a annoncé, ce soir, au moins quinze jours de mesures proches du confinement pour faire face au coronavirus © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT POOL/EPA/Newscom/MaxPPP
Dans une interview donnée au quotidien espagnol El Mundo, le président de la République, Emmanuel Macron, a parlé du futur de la Corse avec le nouvel exécutif corse, élu le 10 décembre dernier lors des élections territoriales :

L'urgence, c'est de faire fonctionner la nouvelle collectivité territoriale unique de Corse, qui doit pouvoir exercer, dans les meilleures conditions, ses nouvelles compétences.

Il poursuit :

Ensuite, il est possible de réfléchir à de possibles évolutions, le Premier ministre l'a indiqué aux responsables de la collectivité de Corse.


Pas de modification de la Constitution


Ces "possibles évolutions" ne sont pas détaillées par Emmanuel Macron. Mais elles se feront "dans le cadre de la Constitution". Conséquence annoncée par le président :

Ce cadre républicain ne permet pas de donner satisfaction à certaines revendications, comme le statut de résident ou la co-officialité de la langue corse.

Une déclaration qui va à l’encontre de ces propos lors de la campagne pour l’élection présidentielle. Il avait en effet déclaré à Corse Matin : "S'il apparaît que le cadre actuel ne permet pas à la Corse de développer ses potentialités, alors nous pourrons envisager d'aller plus loin et de réviser la Constitution."

durée de la vidéo: 01 min 22
Macron évoque des "évolutions possibles" pour la Corse, mais sans modifier la Constitution

Après leur victoire aux élections territoriales, les élus nationalistes se sont fixés quatre grandes priorités: une autonomie renforcée, l'amnistie des "prisonniers politiques", la co-officialité de la langue corse et la reconnaissance d'un statut de résident.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
elections territoriales élections régionales 2021 politique élections emmanuel macron