Noëlle Vincensini, promue au grade d'Officier de la Légion d'honneur

Noëlle Vincensini, 89 ans, ancienne résistante et déportée, fondatrice du collectif anti-raciste Ava Basta, a été promue au grade d'Officier de la Légion d'honneur.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Décorée du grade de Chevalier de la Légion d'honneur en 2008, c'est mue par un "devoir impérieux de témoigner", que Noëlle Vincensini dénonce sans relâche "les dangers de l'idéologie, de la méconnaissance ou de la peur de l'autre, du racisme".

"Nous autres déportés, nous sommes restés trop longtemps sans en parler. Ce que nous avions vécu n'était pas transmissible, dépassait l'entendement et le poids des mots nous semblait dérisoire", racontait-elle lors de sa disctinction.

Noëlle Vincensini, 89 ans, ancienne résistante et déportée, aujourd'hui militante anti-raciste en Corse, a été promue au grade d'Officier de la Légion d'honneur. ©France 3 Corse ViaStella

Déportée à Ravensbrück

En 1941, elle quitte l'île pour aller étudier dans un lycée de Montpellier où vit une tante. Elle découvre le militantisme résistant au sein des Forces unies de la jeunesse patriotique (FUJOP), colle des tracts, prend la parole pendant l'étude et organise des "indocilités", dit-elle, à l'internat.

Puis l'adolescente rejoint le mouvement des Francs-tireurs et partisans (FTP), proche du parti communiste, pour qui elle transporte des valises contenant argent, armes, munitions ou tracts.

Arrêtée par la Gestapo sur dénonciation en avril 1944 avec trois autres lycéennes, elle sera "sévèrement malmenée" pendant les interrogatoires avant d'être envoyée à Romainville, près de Paris, puis déportée à Ravensbrück. "J'ai découvert l'univers concentrationnaire avec ces gens aux yeux fous qui grattaient la terre pour la manger", raconte-t-elle.

Libérée fin avril 1945, la jeune femme réapprend à vivre à Paris mais abandonne ses études, en proie à des malaises à répétition.

Elle épouse en 1947 l'écrivain cévenol Jean-Pierre Chabrol avec qui elle aura quatre enfants, milite au Parti communiste français, divorce et revient en Corse en 1970.

Militante d'un collectif anti-raciste 

Sa première action: créer un comité contre la fraude électorale dans son village. Puis elle s'élève contre le monopole de l'Etat sur l'information en créant Radio Balbuzard, une station pirate qui lui vaudra d'être traduite enfondatrice  justice.

En 1985, avec 40 personnalités corses, elle crée le collectif anti-raciste Ava Basta (Maintenant, ça suffit!) pour prévenir et lutter contre toutes les formes de discriminations, devenu une association de solidarité et d'accueil pour les étrangers. Elle en assure bénévolement la présidence depuis plus de 20 ans. 

Noëlle Vincensini a été élevée au grade d'Officier de la Légion d'honneur le 15 avril 2016.