#ParleCommeLeParquetDeReims : le hashtag corse populaire sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont solidaires de Maxime Beux, le jeune supporter bastiais qui été éborgné lors d'échauffourées samedi 13 février à Reims. Le Parquet rémois affirme qu'il est tombé sur un poteau. Une version que les Corses, ainsi que le principal intéressé, réfutent. Et ils le font savoir.

L'idée est de refaire l'histoire en utilisant un fait divers historique où les coupables sont, bien sûr, automatiquement les Corses. 


Depuis la soirée du samedi 13 février, où un jeune supporter bastiais a été éborgné suite à des échauffourées avec les forces de l'ordre, deux versions s'opposent : le principal intéressé affirme avoir été victime d'un tir de flashball tandis que le parquet de Reims affirme qu'il est tombé contre un poteau. 

Ces tweets révèlent une forte défiance des Corses envers Paris, à qui l'on reproche d'accuser systématiquement les Corses de fautes qu'ils n'ont pas commises. Une mentalité confirmée par les propos tenus hier à la manifestation en soutien à Maxime Beux, où les organisateurs expliquaient : "Ce qu'ils nous reprochent, c'est d'être Corses"

Un autre hashtag est apparu hier sur le réseau social Twitter, mois populaire en revanche : #ParleCommeLesMédiasFrançais. Celui-ci caricature une vision des médias du continent considérée comme anti-corse.