Procès devant les Assises de Haute-Corse: François Susini maintient la légitime défense

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Corse ViaStella

François Susini a été condamné en première instance à 14 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de Joël de la Foata à Ajaccio. Tel a été le jugement rendu par la Cour d'Assises de Corse-du-Sud le 19 juin 2013. Son procès en appel a débuté le mardi 18 mars. 

François Susini est accusé du meurtre de Joël De La Foata, commis il y a 4 ans à Ajaccio. Une nouvelle fois, il a expliqué avoir agi en état de légitime défense après une bagarre avec la victime. En première instance, François Susini avait été condamné à 14 ans de prison. 

   >>> Lire aussi pour rappel des faits L'homicide de Joël de la Foata, en appel, devant la cour d'assises de Haute-Corse

Lors du procès en juin 2013, ses avocats avaient plaidé l'acquittement. L'avocat général avait requis une peine de 18 à 20 ans de prison, indiquant que tous les éléments de l'intention d'homicide volontaire étaient réunis. "La théorie de la légitime défense ne tient pas. Elle a été élaborée pendant les cinq jours de cavale de l'accusé"​, avait-il alors déclaré. 

Au terme de trois heures de délibération, François Susini avait été condamné à 14 ans de prison.

Homicide volontaire ou légitime défense?​


Joël de la Foata, patron de bar de 48 ans, avait été tué dans une rixe d'après boire, le 24 janvier 2010 aux environs de sept heures, dans le centre ville d'Ajaccio. Après quelques jours de cavale, François Susini, un restaurateur âgé d'une trentaine d'années, s'était rendu à la police en reconnaissant les faits.

Face à la cour, François Susini a toujours maintenu sa version des faits, une bagarre ayant mal tournée. L'altercation aurait bien débuté dans le bar situé, rue Étienne-Conti. Mais pendant l'empoignade, c'est la victime, qui aurait selon lui, sorti une arme.

Réussissant à la maîtriser, il aurait arraché son revolver des mains. Trois coups de feu seraient partis, "pour se protéger, non pour tuer". Problème, on n'a jamais retrouvé l'arme qui aurait pu permettre de confirmer ou pas cette version. 

Joël de la Foata, 48 ans, avait déjà été condamné pour détention d'arme. Le nom de Foata est du reste rattaché au grand banditisme. Son frère, Jean-Jacques de la Foata, a notamment été condamné pour plusieurs braquages. 

Quant à François Susini, il a fait 2 ans de prison pour complicité dans un vol à main armée avec séquestration en 2008.