• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Quelles conséquences si le match Bastia-Nantes n'était pas joué ?

Conséquence d'un match non joué / © France 3 Corse
Conséquence d'un match non joué / © France 3 Corse

Selon les règlements de la Ligue, le club risque d'avoir "match perdu par forfait 3 à 0", "dans l'hypothèse où le forfait est prononcé par la Commission des compétitions".

Par Célia Mascré

"En cas d'absence de l'une ou des deux équipes à l'heure prévue par les instances officielles, l'absence de l'une ou des deux équipes est constatée par l'arbitre un quart d'heure après l'heure fixée pour le commencement de la partie", détaille le règlement de la Ligue.

Selon les règlements de la Ligue, le club risque d'avoir "match perdu par forfait 3 à 0", "dans l'hypothèse où le forfait est prononcé par la Commission des compétitions".

"La Commission des compétitions est ensuite automatiquement saisie de cette absence afin de juger de l'acquisition du forfait, ou de statuer sur l'existence ou non de circonstances exceptionnelles susceptibles de pouvoir justifier l'absence de l'une des deux équipes".

Pour ceux qui n'ont pas suivi... Un petit rappel des faits


La demande de la préfecture d'avancer l'horaire du match s'inscrit dans un climat singulièrement tendu en Corse, depuis les incidents qui ont éclaté autour de Reims-Bastia (0-1) mettant en cause des supporters du club corse.

Avant le match, une vingtaine de supporters avaient lancé des engins incendiaires en ville, selon le procureur de la République. Après la rencontre, une dizaine de supporters bastiais ont lancé des fumigènes sur les forces de l'ordre. Les incidents se sont poursuivis au centre-ville, au cours desquels un manifestant de 22 ans a été blessé grièvement à un oeil. Ayant eu lieu à l'extérieur du stade, ils ne
devraient toutefois pas donner lieu à une instruction de la commission de discipline de la LFP, qui se réunit jeudi.

Huit fans du SCB sont poursuivis pour "menaces, rébellion, outrage à personnes dépositaires d'une autorité publique". Sept d'entre eux, qui devaient passer lundi en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Reims, seront finalement jugés le 22 mars. Le huitième a également été remis en liberté et sera jugé dans un mois par une juridiction pour mineurs.

A lire aussi

Sur le même sujet

Fête de la musique : à Bastia, trois studios de répétitions mis à disposition de groupes amateurs

Les + Lus