• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Qui est Jacqueline Gourault, la “Madame Corse” du gouvernement ?

Jacqueline Gourault, désignée Madame Corse du gouvernement. / © JOEL SAGET / AFP
Jacqueline Gourault, désignée Madame Corse du gouvernement. / © JOEL SAGET / AFP

Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l'Intérieur, a été désignée pour être la "Madame Corse" du gouvernement d'Emmanuel Macron. A charge pour elle d'entretenir un lien entre la Corse et Paris, au lendemain des élections territoriales remportées par les nationalistes.

Par GB / France 3 Corse ViaStella

Jacqueline Gourault a été désignée pour être la "Madame Corse" du gouvernement. Une fonction informelle qui revient à chaque mandat présidentiel pour tenter d'établir des relations privilégiées entre l'île et le gouvernement.

"C'est une femme de dialogue, qui connaît bien les enjeux des collectivités", a souligné une source proche du gouvernement à l'AFP. Autre avantage, selon le gouvernement, Jacqueline Gourault, qui dépend du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, a principalement la responsabilité des collectivités, et non celle de la sécurité publique.
 
A 67 ans, Jacqueline Gourault est habituée aux rouages de la politique. Cette professeure d'histoire-géographie enchaîne les mandats électoraux depuis 1984, d'abord en tant que maire de La Chaussée-Saint-Victor (Loir-et-Cher), où elle occupe toujours un poste de conseillère municipale.

Vice-présidente de l'Association des maires de France (2004-2014), elle a été conseillère régionale de la région Centre (1992-2001) et conseillère générale de Loir-et-Cher (1998-2001).

Jacqueline Gourault est sénatrice du Loir-et-Cher, depuis 2001 et assuré la vice-présidente du Sénat du 1er octobre 2014 au 21 juin 2017, date à laquelle elle a été nommée ministre auprès du ministre de l'Intérieur, Gérard Colomb.

Les "Mr & Mme Corse" à travers l'histoire

C'est l'un des visages assez discrets du gouvernement, même si on a pu l'apercevoir à Ajaccio en octobre dernier, à l'occasion du 124e congrès national des sapeurs-pompiers.

Sa nomination intervient alors que la coalition nationaliste emmenée par l'autonomiste Gilles Simeoni et l'indépendantiste Jean-Guy Talamoni a remporté le second tour des élections territoriales en Corse.

Les attentes des nationalistes sont fortes sur plusieurs dossiers qu'ils ont désignés comme prioritaires (co-officialité de la langue corse, amnistie des "prisonniers politiques"), dossiers sur lesquels le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a déjà opposé une fin de non recevoir.

A lire aussi

Sur le même sujet

Comment est utilisé le fonds social européen en Corse ?

Les + Lus