"Remettre l'humain au cœur de l'habitat" pour mieux vivre en Corse demain

De la grotte aux immeubles, l’habitat a toujours été une source de préoccupation. Dérèglements climatiques, vieillissement de la population, familles recomposées imposent de nouveaux défis. Est-il possible de construire et rénover autrement ? Avec quels matériaux et quelles techniques ? Réponses dans "Empreinte verte" mercredi 15 mai à 20h45 sur ViaStella.

La problématique du logement semble être plus que jamais au cœur des préoccupations des Corses. Afin d'explorer plus en profondeur cette question, ViaStella vous propose un nouveau numéro de son magazine "Empreinte verte". Stéphane Usciati accompagné de Fabrice Fenouillère, directeur du Parc Galea, recevra Sylvia Ghipponi, présidente du Conseil de l’Ordre des Architectes de Corse, l'architecte Sébastien Celeri, Christian Mariani de l’Agence de l’Aménagement Durable, de l’Urbanisme et de l’Énergie de la Corse, Julie Pergola, directrice de l’entreprise "Kallisté bois" dans la Plaine Orientale, et Raphaël Besson, urbaniste et chercheur spécialisé dans le développement territorial. Ensemble, ils aborderont les diverses questions liées aux enjeux du logement et tenteront d’y répondre.

 L’humain au cœur de l’habitat

"Habiter, ce n’est pas seulement se loger, c’est trouver ou retrouver sa place dans le monde" explique l’urbaniste Raphaël Besson en faisant référence au philosophe allemand Martin Heidegger. Cela signifie que l’habitat doit permettre de "se reconnecter avec le monde extérieur, les écosystèmes naturels notamment, de se reconnecter avec l’autre et pas seulement habiter de façon individuelle". Ces dimensions sociales et culturelles sont essentielles.

durée de la vidéo : 00h01mn34s
La construction durable c'est aussi remettre de l'humain dans l'habitat. Une dimension sociale et culturelle que décrypte Raphaël Besson, urbaniste et chercheur spécialisé dans le développement territorial ©France 3 Corse ViaStella

Sylvia Ghipponi, présidente du Conseil de l’ordre des architectes de Corse, rappelle que construire de nouveaux logements, ce n’est pas seulement une question technique. "Il faut remettre l’humain au cœur de l’habitat", poursuit l’architecte Sébastien Celeri, et sortir de la logique d’un "logement envisagé comme un produit financier et d’une simple fonction de logement ! La maison ou l’appartement c’est le lieu d’épanouissement individuel et familial".

Façonner l’habitat de demain en s’inspirant de celui d’hier

C’est autour de cette idée que doit se penser et se concevoir l’habitat de demain avec une dimension durable. Les nouvelles constructions vont se faire de plus en plus rares ou avec des techniques et matériaux nouveaux. La politique de la France semble davantage se tourner vers la rénovation d’infrastructures existantes. Face aux besoins de logements, aux dérèglements climatiques, aux évolutions de la société il faut faire preuve d’inventivité.

En effet, d’ici 2050, la France veut atteindre progressivement la zéro artificialisation nette des sols. Autrement dit, ne plus construire sur de nouveaux terrains. Des solutions existent selon les architectes. "Il est possible d’intensifier la ville ou les villages, explique Sylvia Ghipponi, soit en divisant des logements trop grands, soit par extension ou par surélévation en respectant les lois et règlements".

Ces possibilités s’inspirent d’une certaine manière de ce qui se faisait par le passé lorsque les villages se développaient avec des étages supplémentaires ou des constructions attenantes. Ces nouvelles pratiques suscitent un regain d’intérêt pour le bois, qui permet d’envisager ce type de construction comme le détaille Julie Pergola, directrice de l’entreprise "Kallisté Bois" installée en Plaine Orientale.

Prendre exemple sur le patrimoine historique

Des bâtiments emblématiques comme le Colisée à Rome, les Pyramides Maya ou la Grande Muraille de Chine peuvent être des sources d’inspiration. C’est ce que nous explique Fabrice Fenouillère. Il présente aussi les travaux d’architectes explorant la possibilité de construire sur et sous l’eau, des bâtiments bioclimatiques en utilisant des matériaux naturels.

durée de la vidéo : 00h01mn36s
"Les terriens seront en partie des merriens" ! Fabrice Fenouilière nous présente les projets des architectes Jacques Rougerie et Vincent Callebaut adaptés aux enjeux de demain en matière d'urbanisation. ©France 3 Corse ViaStella

Le réchauffement climatique, principale source d’inquiétude pour l’urbanisme corse

Le réchauffement climatique représente la principale source d'inquiétude pour l'urbanisme en Corse en raison de ses multiples impacts sur la sécurité, l'augmentation et la répétition des catastrophes naturels et la construction durable des zones habitées. Ces effets complexes nécessitent une planification urbaine proactive et des mesures d'adaptation pour atténuer les risques et protéger les populations contre les conséquences néfastes du changement climatique.

Face à ces bouleversements climatiques causés par les activités humaines, il y a "deux principes d’actions : adapter et atténuer". C’est ce qu’explique Christian Mariani de l’AUE (Agence d’Aménagement durable, d’Urbanisme et de l’Energie de la Corse).

durée de la vidéo : 00h01mn27s
Christian Mariani de l'AUE nous expose les défis auxquels la Corse est confrontée en matière d'habitat et de réchauffement climatique ©France 3 Corse ViaStella

Corte et Antisanti, des modèles en matière de rénovation énergétique

La Programmation Pluriannuelle de l’Énergie vise à réduire la dépendance de la Corse aux énergies fossiles, avec pour objectif d'atteindre l'autonomie énergétique à l’horizon 2050. En la matière, les communes de Corte et d’Antisanti sont précurseurs. 

durée de la vidéo : 00h00mn10s
Les communes de Corte et Antisanti ont misé sur la diminution de la consommation de l'éclairage public pour agir vers un habitat plus durable ©France 3 Corse ViaStella / AUE

En effet, sous l’impulsion de Xavier Poli, maire de Corte, et avec le soutien de la Collectivité de Corse, une rénovation de l’éclairage public a été réalisée à hauteur de 86%, entraînant ainsi une diminution de 74% du bilan carbone lié à l’éclairage de la ville. La collaboration entre la ville de Corte et l'Agence d'Aménagement Durable, d'Urbanisme et de l'Énergie de la Corse a également permis la rénovation de la piscine publique en 2016. Un chantier qui a entraîné une diminution de la consommation énergétique de 53%.

Du côté de la Plaine Orientale, Anthony Alessandrini, maire d’Antisanti a quant à lui entrepris la rénovation de 98% de l’éclairage public de sa commune. Une modernisation qui s’est accompagnée d’une diminution de 70% des émissions de carbone associées à l'éclairage du village.

📱💻 "Habiter demain : les grands défis", un nouveau numéro du magazine "Empreinte verte" présenté par Stéphane Usciati et Fabrice Fenouillère à retrouver mercredi 15 mai 2024 à 20h45 sur France 3 Corse ViaStella ou en replay sur France. TV

Un article écrit en collaboration avec Sam Barlot