Sartène : mobilisation au lycée agricole contre la fermeture d'une classe

Une manifestation s’est déroulée ce lundi matin devant le lycée agricole de Sartène. L’intersyndicale a bloqué l’entrée de l’établissement pour protester contre le projet de fermeture d’une classe de bac pro.
À l'appel de l'intersyndicale, enseignants, étudiants et personnels de l'établissement se sont rassemblés pour protester contre le projet d'une fermeture de classe de bac pro.
À l'appel de l'intersyndicale, enseignants, étudiants et personnels de l'établissement se sont rassemblés pour protester contre le projet d'une fermeture de classe de bac pro. © Lionel Luciani

Ce lundi 13 septembre matin, des tractopelles bloquent l’entrée du lycée agricole de Sartène. Sur une barrière, devant la petite centaine de manifestants, une banderole annonce la raison de cette action organisée par l’intersyndicale du Campus Agri Corsica : "una scola sarrata, u nosciu liceu cundannatu".

Enseignants, étudiants et personnels administratifs et techniques se sont rassemblés pour protester contre le projet de fermeture d’une classe de bac professionnel : "On ne peut pas commencer une année où on nous ferme une classe, car il s’agit bien de cela, indique Thomas Vaucouleur, enseignant et représentant de l'intersyndicale. Les éléments de langage de la Draaf (Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt), c’est de dire qu’elle nous fusionne le tronc commun mais, en fait, concrètement, on va passer de deux classes de bac pro à une seule classe."

Les manifestants ont bloqué l'entrée du lycée agricole avec des engins.
Les manifestants ont bloqué l'entrée du lycée agricole avec des engins. © Lionel Luciani

Pour l’intersyndicale, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et la Draaf n’ont "qu’un seul objectif : la réduction des moyens alloués pour former les générations futures." : "la problématique est extrêmement simple, reprend Thomas Vaucouleur. Avec les partenaires sociaux-professionnels et les élus de la Corse, nous portons pour notre établissement des projets de développement et de formation pour répondre aux besoins du territoire. Nous sommes notamment en réflexion sur l’ouverture d’une option machinisme agricole. Et pour ouvrir cette option, il faut que nous conservions deux classes de bac professionnel."

"Nous sommes déterminés"

Cette situation inquiète les manifestants qui craignent que le lycée soit impacté et menacé dans le futur. "Cette décision que prend la Draaf nous empêche toute prospective de développement, ajoute Thomas Vaucouleur. Ce qui est en jeu, c’est l’avenir de l’établissement et des 85 personnes qui y travaillent, des filières agricoles, agro-alimentaires et des jeunes que nous formons. Nous sommes donc déterminés."

Thomas Vaucouleur, enseignant au lycée agricole de Sartène et représentant de l'intersyndicale.
Thomas Vaucouleur, enseignant au lycée agricole de Sartène et représentant de l'intersyndicale. © Marion Fiamma

Les grévistes attendent désormais une réponse de la Draaf. "Si elle nous dit aujourd’hui qu’il y a un moratoire sur la fermeture de la classe de bac pro, nous reprenons le travail immédiatement", déclare l'intersyndicale.

L'exécutif et Core in Fronte soutiennent le mouvement

Dans la journée, le Conseil exécutif de Corse a apporté son soutien aux salariés du lycée situé dans la vallée du Rizzanese. "Le conseil exécutif de Corse s'oppose fermement à cette décison prise de manière unilatérale, et regrette que les problématiques à l'origine du conflit n'aient pas été anticipées et traitées bien en amont de la fin de l'année scolaire 2020-2021. Il est nécessaire de rappeler que la Collectivité de Corse détient des compétences spécifiques dans le domaine de l'enseignement secondaire."

Core in Fronte s'est également associé au mouvement de grève. "Nous entendons défendre sur le terrain le rôle et la place de l'agriculture, de l'élevage, de l'autoalimentation et des espaces stratégiques qui passent aussi par le maintien et le renforcement des institutions de formation adéquate", déclare le parti indépendantiste.

Un regroupement visant "à ne pas supprimer la spécialité hippique"

Au lendemain de cette mobilisation, le mardi 14 septembre, la préfecture de Corse-du-Sud a apporté dans un communiqué des précisions sur le projet de regroupement de classes au lycée agricole de Sartène. "Le point de discorde entre les syndicats et l’administration porte sur le regroupement de la classe de première Bac pro qui comporte 3 options : hippique, forêt et environnement, est-il détaillé. Il s'agit de regrouper une classe de première à 5 élèves de spécialité hippique avec une classe de première à 15 élèves qui comprend 2 spécialités (forêt et environnement)."

Cependant, "le regroupement ne vaudrait que pour les seules matières générales (tronc commun : français, math, histoire géographie…) donc enseignées pour le groupe de 20 élèves (5+15). En revanche, les matières de spécialité seraient bien évidemment dispensées par petits groupes."

"Le regroupement permettrait ainsi de ne pas supprimer la spécialité hippique", conclut la préfecture de Corse-du-Sud.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société manifestation économie social