SC Bastia : ouverture d'une instruction pour propos racistes

Publié le Mis à jour le
Écrit par A.S.

La commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) enquête sur d'éventuelles insultes racistes qui auraient été entendues à Furiani lors de la rencontre entre le Sporting et Quevilly-Rouen. L'instance rendra sa décision le 26 janvier prochain.

Le 8 janvier dernier, des propos à caractère raciste sont-ils descendus des tribunes de Furiani lors de la nette victoire du Sporting contre Quevilly-Rouen-Métropole (QRM) en Ligue 2 ?

Réunie mercredi soir à Paris, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) a annoncé enquêter sur cette affaire. "Au regard de la gravité des faits, la commission de discipline décide de mettre le dossier en instruction", indique l'instance rattachée à la LFP. 

Rapportés par une seule personne

Concernant ces éventuels propos racistes, ils auraient été entendus puis signalés au délégué de la LFP, à l'issue du match, par un membre du staff du club normand. "Comme le veut le règlement, souligne une source proche du dossier, le délégué les a alors consignés dans son rapport préliminaire en précisant : "propos relatés selon les dires de QRM"."

D'après cette même source, "aucune autre personne ne les a entendus : ni le délégué, ni les arbitres, ni les joueurs, ni la sécurité, ni les photographes de presse présents en bord de terrain".

Décision le 26 janvier

Il faudra donc attendre la suite de l’instruction pour connaître la conclusion de cette affaire. "Les décisions seront rendues à l’issue de la séance du mercredi 26 janvier 2022 au cours de laquelle l’instructeur remettra son rapport", précise-t-on du côté de la Commission de discipline.

Mercredi soir, cette dernière a sanctionné le Toulouse Football Club d'un point de retrait avec sursis pour des insultes racistes proférées par l'un de ses supporters. Cela s'était déroulé le 13 décembre dernier, lors d'un match de Ligue 2 entre le TFC et Rodez. 

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité