La section corse de l’association pour le droit à l’initiative économique fête ses 20 ans

Depuis 20 ans, en Corse, l’association pour le droit à l’initiative économique (Adie) a prêté jusqu’à 10.000 euros à 2.000 porteurs de projet pour monter leur entreprise. / © Christian Giugliano / FTVIASTELLA
Depuis 20 ans, en Corse, l’association pour le droit à l’initiative économique (Adie) a prêté jusqu’à 10.000 euros à 2.000 porteurs de projet pour monter leur entreprise. / © Christian Giugliano / FTVIASTELLA

Depuis 20 ans, l’association pour le droit à l’initiative économique (Adie) a prêté jusqu’à 10.000 euros à 2.000 porteurs de projet pour monter leur entreprise. Exemple à Bastia avec Yasmine M’Hadi, jeune entrepreneuse de 20 ans qui a créé un commerce de produits bio. 

Par France 3 Corse ViaStella

L’association pour le droit à l’initiative économique (Adie) s’est implantée en Corse il y a 20 ans

L’année dernière, 341 porteurs de projet ont été aidés. « L’Adie est une association nationale qui défend l’idée que chaque personne peut devenir entrepreneur. On essaye d’éviter le gâchi des talents, ce n’est pas parce qu’on n’a pas d’argent ou de réseau qu’on ne peut pas créer son propre emploi », explique Yvan Franchi, responsable de l'Adie en Haute-Corse.

 
La section corse de l’association pour le droit à l’initiative économique fête ses 20 ans
Intervenants - Yvan Franchi, responsable de l'Adie en Haute-Corse ; Yasmine M'Hadi, commerçante à Bastia Equipe - Pierre Nicolas ; Christian Giugliano ; Wendy Martini.
 

« C’était très long avec les banques »


Parmi les personnes financées l’an dernier, 24 % ont moins de 30 ans. C’est le cas de Yasmine M’Hadi. La jeune femme de 20 ans a contracté un micro-crédit de 5.000 euros pour lancer son commerce. « C’était très long avec les banques et j’avais besoin d’une réponse rapide sinon le local allait me passer sous le nez. Je me suis tournée vers l’Adie qui prête plus facilement et qui vous suit. Ils m’ont vraiment aidé à monter le projet », explique-t-elle. 

C’est dans le vieux Bastia que Yasmine M’Hadi a ouvert sa boutique de produits bio. « Je voulais mettre en valeur les cosmétiques de l’île pour prouver que l’on pouvait avoir des produits de qualité dans une volonté de circuit court et un but de zéro déchet », complète la commerçante. 

À l’approche des élections municipales, l’Adie souhaiterait que les candidats soutiennent un peu plus ces porteurs de projet. 
 

Sur le même sujet

Les + Lus